Courrier des Lecteurs

Courrier Des Lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:4595 Le 27/08/2015 | Partager

Petits taxis devant les gares

• Une mafia tolérée
La mafia des taximen règne en maître sur les gares ferroviaires. Que ce soit à Casablanca, à Rabat ou encore à Marrakech, les usagers sont toujours confrontés à ce problème qui est toujours aussi récurrent qu’avant! Les chauffeurs de taxi bloquent toutes les demi-heures les sorties des gares. Après avoir mis la main sur son premier client, celui-ci est obligé de patienter dans le taxi en attendant que le chauffeur en attire deux de plus. D’autre part, les chauffeurs imposent leurs prix et leurs itinéraires. Et ce n’est pas tout ! S’il s’agit d’une famille, le chauffeur exige de se faire payer la course par personne, soit parfois trois à quatre fois le prix affiché au compteur. A mon avis, il faut changer la donne et prendre des mesures sévères pour arrêter ce fléau ! D’autres moyens de transport, dont entre autres le bus, peuvent par ailleurs être mis à contribution en guise de solution alternative!
F.P.
 
• Un manque de respect envers les clients 
J’ai lu avec attention votre article sur le problème des taxis devant les gares dans certaines grandes villes. Il faut dire que cette situation ne date pas d’hier, mais n’a été jusqu’à présent que peu soulevée dans les journaux. Nous les clients sommes les premières victimes de ce «racolage» devant les gares car les taximen ne nous laissent jamais tranquilles. En plus, ils nous imposent des conditions pour monter à bord. Par exemple, lorsque nous voulons prendre à deux ou à trois un taxi, nous subissons un refus catégorique du chauffeur. La raison? Les taximen veulent gagner l’équivalent de trois courses en une seule. Et pire, ils acceptent très rarement les petites courses. Comble de ces mauvaises pratiques, les attentes qui peuvent être très longues à l’intérieur du véhicule car les chauffeurs cherchent un deuxième puis un troisième client avant de démarrer. Je pense que c’est à l’Etat de prendre les mesures idoines pour mettre fin à ces pratiques car les clients payent pour un service et doivent être traités avec davantage de respect. 
J.A.

 

 

 

Ouverture du parc Sindibad

 Doit mieux faire!
Le nouveau Sindibad est arrivé. Une bonne nouvelle? Plutôt une profonde déception ! Etant parti sur place peu après son inauguration, j’ai tout d’abord constaté que les animaux n’étaient pas spectaculaires, mis à part le lion et le tigre. Par ailleurs, le parc manque de personnel, ce qui crée des files d’attente interminables pour chacune des attractions proposées. 
Autre remarque et non des moindres, l’état du gazon laisse franchement à désirer. Et ce n’est pas tout! J’ai également constaté des anomalies au niveau des horaires. En effet, certains guichets ferment à 16 heures, alors que la fermeture officielle du parc est prévue à 20h. 
Finalement, ce parc qui aurait été comparé à la chaîne Walibi de Belgique ne tient en aucun cas ses promesses! Décevant…
D.I.
 
…Trop cher en plus
Je suis étonné des prix que propose le nouveau parc Sindibad qui vient d’ouvrir.  Je m’y suis rendu la semaine dernière accompagné de ma femme et de mes deux enfants et nous avons payé au total pas moins de 900 DH. Chaque attraction coûtant environ 25 DH par personne, cela revient à 100 DH pour une famille comme la nôtre pour un seul et unique manège. Faites le calcul! Finalement, l’on atteint facilement les 1000 DH! Un tel prix est-il mérité? Je ne pense pas. On est loin de parcs de renommée mondiale tels que Walibi ou encore Disneyland. Je suis complètement déçu!
D.A.
 
 
 Tourisme : Merci les MRE 
Nous le savons tous! Le Maroc enregistre depuis le début de l’année une perte de touristes en provenance de France mais aussi d’Espagne. Mais, heureusement, l’activité touristique de Marrakech durant le mois d’août a été sauvée de justesse par… les MRE. Une compensation due au fait qu’il s’agit d’un segment affichant sur ces dernières années une croissance quasi-constante! Ce bon point pour la ville ocre, délaissée en juillet à cause des fortes chaleurs notamment, doit servir d’exemple pour promouvoir les autres destinations touristiques comme Saïdia, les villes du Nord ou encore le Sud…. Mais pour sauver le tourisme marocain au niveau global, il faut d’abord renforcer les campagnes pour promouvoir la destination surtout dans un contexte marqué par la méfiance des touristes à l’égard des pays nord-africains. L’autre solution, c’est la mise en place des prix compétitifs car certaines destinations nationales sont jugées chères par rapport à ce qu’offrent des pays comme le Portugal. A mon avis le Maroc a les atouts qu’il faut pour attirer plus de touristes que les 10 millions qui le visitent annuellement.  
N.Y.
 

Ordre des médecins

 
 Il était temps
J’ai été agréablement surpris de lire, dans un article paru le 17 août dernier, que l’Ordre des médecins allait être largement réformé. Ainsi, les Conseils régionaux seront mis à niveau. Chacun sera enfin installé au sein d’un local digne de la profession et doté d’un matériel de qualité puis d’un personnel permanent. Sont également prévus le dépoussiérage de l’administration, l’inventaire des actifs ou encore la mobilisation des ressources financières. D’excellentes initiatives qui, à mon sens, étaient essentielles à prendre !
K.S.
• Où est le serment d’Hippocrate?
Il est judicieux d’avoir pensé à réformer l’ordre des médecins, surtout dans un contexte social au sein duquel seul le pouvoir de l’argent prédomine. Les malades, avec ou sans sécurité sociale, souffrent aujourd’hui au niveau des différentes structures sanitaires publiques d’un réel manque de considération! Ceux qui n’ont pas de moyens financiers «immédiats» ne peuvent malheureusement pas recevoir les premiers soins utiles.  Le malade est alors le plus souvent abandonné à lui-même, ce qui entraîne souvent des décès souvent dus à un manque de rapidité concernant la prise en charge. Dans d’autres cas de figure, les soins prodigués par le personnel soignant sont souvent de très mauvaise qualité… L’on se pose naturellement la question de savoir où est passé le fameux serment d’Hippocrate! Aussi, en plus de la réforme de l’ordre des médecins, il faudrait aussi ajouter la réforme des codes déontologiques des professions médicales.
H.C.
 
• Elections communales:
Il faut voter pour de véritables enjeux!
Ne votez pas pour des corrompus! Ne votez pas pour de l’argent! Alors pour qui doit-on voter ? Pour un beau garçon ou une femme voilée? Pour un barbu ou pour un homme en t-shirt? Non! Messieurs et mesdames les candidats et candidates, parlez-nous de votre vision de notre ville! Comment vous allez résoudre le problème de la circulation? Comment résoudre le problème des handicapés et de la mendicité? Comment mettre en œuvre une meilleure gestion et une meilleure collecte? Comment encourager les investisseurs? Comment lutter contre l’informel? Voilà des questions claires qui attendent des réponses concrètes et la liste est longue!
M.C.
 
• Tabagisme: Pensez aux non fumeurs!
Parmi les critères permettant de mesurer le développement d’un pays, l’on retrouve celui du respect de l’autre. Or, s’abstenir de fumer dans les lieux publics s’inscrit dans ce cadre-là. La question que je me pose souvent est la suivante: Quand les Marocains pourront-ils jouir de ce droit élémentaire? Chers fumeurs, si vous fumez par plaisir, nous, les non-fumeurs, nous respirons par nécessité. 
La fumée de votre cigarette nous étouffe, et l’odeur de votre cigarette empeste sur nos vêtements. Si votre santé vous intéresse peu, pensez au moins à celle des autres! Pensez qu’autour de vous, il y a forcément au moins une personne atteinte d’une maladie chronique qui souffre de votre cigarette.
F.C. 
• Le scandale de la Samir
C’est avec étonnement que j’ai lu dans votre journal que la Samir est au bord de la faillite! Je ne comprends pas comment une telle société a pu cumuler tous ces problèmes que vous avez soulevés au point d’arrêter momentanément ses activités. Ce qui me surprend le plus, c’est l’énorme dette que la Samir doit à l’Administration des douanes et des impôts indirects (ADII): 13 milliards de dirhams.  Une dette parmi tant d’autres. Où compte-t-elle trouver cet argent? Même si une injection de fonds est décidée pour tenter de sauver le raffineur, survivra-t-il à long terme? C’est aussi une question qu’il faut se poser car la Samir est également en conflit à l’international. Tous ces problèmes montrent que la société a été très mal gérée et qu’il faudra prendre des mesures draconiennes pour qu’elle puisse redémarrer ses activités. 
K.F.
 
• Restaurons nos monuments architecturaux!
Je suis agréablement surpris d’apprendre que Casablanca Patrimoine  projette de réaménager et de réhabiliter certains joyaux de l’architecture casablancaise. D’après votre article paru sur le sujet et datant du 13 août dernier, des appels d’offres ont ainsi été lancés pour restaurer plusieurs monuments architecturaux de la ville blanche parmi lesquels l’église Sacré-Cœur, la bibliothèque municipale ou encore la villa Karl Fick. Les monuments en question étaient menacés de démolition ou encore risquaient de s’effriter au fil du temps !
H.O.
 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc