×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Les dégâts de la chute des cours pétroliers

Par L'Economiste | Edition N°:4584 Le 07/08/2015 | Partager
Suppressions massives d’emplois chez les majors
Les budgets des Etats exportateurs à la diète

Cela dure depuis juin 2014, que le prix du pétrole est en chute libre. Oubliés les superprofits des grandes années, aujourd’hui ce secteur connaît ses plus mauvais résultats. En Bourse, la densité des 100 principaux groupes de ce domaine a baissé de 1.400 milliards de dollars, soit 31% depuis l’année dernière. Le groupe ExxonMobil, de loin le premier producteur coté en Bourse, a vu en un an, son bénéfice net du second trimestre divisé par deux, atteignant 4,2 milliards de dollars. C’est son plus mauvais résultat en six ans.
Et les conséquences de ce désastre ne sont pas qu’économiques, elles se font par ailleurs directement ressentir sur l’emploi. Selon des projections du cabinet américain Graves & Co, 150.000 postes ont déjà été supprimés dans l’industrie pétrolière. Shell a annoncé la suppression de 6.500 emplois, le britannique Centrica estime en perdre 4.000 et 8.800 pour le groupe parapétrolier italien Saipem. En parallèle à cela, les grands groupes pétroliers ont tous fait des coupes dans les effectifs et ont aussi décidé de reporter, voire annuler leurs projets, souvent jugés trop chers par rapport à la situation. Ce «choc structurel» qu’annonce la baisse des prix, pour Alexandre Andlauer d’Alphavalue cité dans un article du Monde, est avant tout «lié à la révolution du gaz de schiste, qui a fait bondir la production américaine. Or cet afflux de brut n’est pas absorbé par une hausse équivalente à la demande. Surtout avec le ralentissement de la demande chinoise ». A cela s’ajoute la perspective de la hausse des exportations provenant de l’Iran. Depuis la signature de l’accord sur le programme nucléaire, les iraniens ont acquis la levée de l’embargo et des sanctions imposées contre eux depuis 2006.
L’impact de cette baisse des prix n’est pas sans conséquence pour les pays producteurs sur le plan économique. Elle a contraint les gouvernements à adopter des plans d’austérité budgétaire, à moins qu’ils disposent d’une marge de manœuvre leur permettant de protéger les dépenses d’un déclin des recettes fiscales dans le secteur pétrolier. Un rapport du Conference Board du Canada souligne que l’important recul des prix mondiaux du pétrole depuis juin 2014 aura un impact majeur sur le Canada, un des plus grands producteurs pétroliers au monde. Selon l’étude, la glissade des prix du pétrole brut devrait diminuer de 4,5 milliards de dollars les redevances provinciales en 2015 mais elle prédit aussi que la faiblesse des prix du pétrole réduira les revenus tirés des taxes provinciales d’un autre 5,2 milliards dollars cette année.
Quant aux pays africains, ils ont une faiblesse commune: une trop grande dépendance envers le secteur primaire pétrolier, ce qui ne les a pas aidés à être préparés à ce genre de scénario.
Afin de limiter l’impact de la chute des prix du pétrole sur leurs modèles économiques, les pays africains producteurs d’hydrocarbure se sont engagés à modifier la structure de leurs budgets. Le Gabon a par exemple choisi de mettre fin à la péréquation qu’il assurait sur la vente des hydrocarbures à la pompe. Une mesure qui devrait permettre d’économiser de 100 à 150 milliards de Francs CFA. L’Algérie, quant à elle tente en vain de s’engager dans une diplomatie économique dans le but de convaincre les pays de l’OPEP de réduire les quantités d’hydrocarbures injectées sur le marché. Alger a dû entre autres renoncer à de nombreux projets d’infrastructures, après avoir perdu 40% des recettes pétrolières annuelles.
Q. M.
 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc