×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Souss/Chasse
On continue de massacrer la gazelle à Tiznit

Par L'Economiste | Edition N°:4583 Le 06/08/2015 | Partager
Le dernier bilan tire la sonnette d'alarme quant au braconnage incessant
Un phénomène difficile à contrecarrer en raison de la faiblesse des moyens
Pour cette saison, 30 lots couvrant 249.009 ha, sont ouverts à la chasse

Dans la région Souss Massa Draâ, le fléau du braconnage a pris de l’ampleur ces dernières années.

La gazelle dorcas a connu ces dernières années une reconstitution exceptionnelle. Or, actuellement son effectif a atteint un niveau où sa surveillance et sa gestion posent de sérieux problèmes sur le terrain

C’est ainsi que des efforts ont été fournis dans le but de contrecarrer ce phénomène et conserver le potentiel cynégétique de la région. La police de chasse et les gardes fédéraux sont ainsi déployés sur le terrain pour réprimer les délits de chasse. Toutefois, en dépit de ces efforts, le problème du braconnage, en particulier de la gazelle, se pose avec acuité à Tiznit à cause de l’insuffisance des moyens humain et matériel. Par conséquent, il demeure inquiétant malgré son recul significatif par rapport à la saison écoulée notamment dans les provinces de Chtouka Ait Baha et Taroudant. Le nombre de procès-verbaux de délits dressés au cours de cette saison parle de lui-même. Il est de 91. Les autorités qui dressaient récemment leur bilan de la saison 2014/2015 tirent ainsi la sonnette d'alarme. Les infractions de chasse en réserve représentent notamment 58,06% et celles de chasse à l’aide de moyens et engins prohibés 15,05 %.
Si ce point reste difficile à gérer, les chiffres émanant des recettes, laissent entrevoir des perspectives prometteuses. Près de 2 millions DH pour les recettes du fonds de la chasse au niveau de la région Souss Massa Draâ pour la saison 2014/2015. La chasse touristique représente 26%, les licences 28% et les amodiations associatives 31%, selon la Direction régionale des eaux et forêts et de lutte contre la désertification Sud Ouest (DREFLCD). Ces chiffres mettent ainsi en évidence le rôle économique joué par l’activité cynégétique dans la région. Sachant que le potentiel est encore plus prometteur. Il faut noter que les conditions climatiques qui régnaient ces dernières années ont un impact positif sur la reproduction du gibier et le développement du potentiel cynégétique de la région. Aussi, la promotion et l’encouragement de la chasse amodiée et le repeuplement et mise en œuvre des programmes d’aménagement cynégétique, particulièrement dans des réserves de chasse, seront d’un grand intérêt pour le gibier, nous indique-t-on du côté de la DREFLCD.

Le nombre de sangliers abattus durant cette saison de chasse est de 1.259. En effet, 193 battues ont été organisées dont 156 administratives. Ces dernières visant la régulation des effectifs du sanglier conformément aux orientations de la stratégie nationale concernant la maîtrise de ces effectifs, trop importants dans la région

En outre, une étude des populations des gazelles et leur biotope dans la région est d’une importance primordiale. Elle devrait déboucher sur un programme d’action visant leur conservation et leur développement et surtout leur protection contre le braconnage.
Par ailleurs, cette dernière saison de chasse 2014-2015 a connu des conditions climatiques relativement favorables au développement du couvert végétal. Résultat, l’état du biotope du gibier et sa reproduction demeurent en général satisfaisants. Ainsi, les prélèvements enregistrés sont modestes par rapport à ceux des dernières saisons aussi bien dans les secteurs de chasse banale que dans les lots de chasse amodiés, qui sont au nombre de 30 dans la région, pour une superficie de 249.009 ha. Le souci des responsables étant d’organiser et promouvoir ce sport dans la région.

 

Réhabilitation de la faune sauvage

Outre les réserves de chasse instaurées dans la région, il existe un lot didactique de chasse «Lot de Mentaga» dans la province de Taroudant dont le rôle principal est le repeuplement des zones avoisinantes. Des opérations de lâcher du gibier ont donc eu lieu au cours de cette saison de chasse. Ce sont ainsi 10.090 perdreaux qui ont été lâchés dans des lots de chasse par des associations et sociétés de chasse. Et 2222 perdreaux lâchés par le Bureau régional de la Fédération Royale de chasse. Pour ce qui est du gros gibier, l’effectif des gazelles dans l’enclos d’acclimatation de Bouljir, relevant de la DPEFLCD d’Ouarzazate, a atteint 73 têtes. La surveillance et le gardiennage de cet enclos, assurés actuellement par le personnel de la pépinière forestière, continuent toutefois de poser de sérieux problèmes à la DPEFLCD d’Ouarzazate. Il faut par ailleurs, signaler la reconstitution exceptionnelle, ces dernières années, de la population des gazelles dorcas, notamment dans les lots amodiés et dans les territoires de chasse d’Anzi et Tafraout (DP de Tiznit), Ait Baha (DP de ChtoukaAit Baha) et Ait Abdellah (DP de Taroudant). Or, actuellement son effectif a atteint un niveau où sa surveillance et sa gestion posent de sérieux problèmes sur le terrain.

Sur quel gibier tire-t-on le plus?

Dans le détail, le perdreau et le lièvre représentent le gibier le plus chassé dans la région du Sud Ouest. Le tableau, pour la chasse associative et banale est de 3.907 perdreaux, 502 lièvres et 7 lapins. Concernant la chasse touristique, les prélèvements sont de l’ordre de 4.095 perdreaux. Quant à elle, la tourterelle reste l’espèce migratrice la plus appréciée dans la région surtout par les touristes cynégètes. Ainsi, au cours de cette saison, 13.053 tourterelles ont été tirées. Concernant le nombre de sangliers abattus, il est de 1259. En fait, 193 battues ont été organisées dont 156 administratives. Ces dernières visant la régulation des effectifs du sanglier conformément aux orientations de la stratégie nationale concernant la maîtrise de ces effectifs trop importants dans la région.

De notre correspondante,
Fatiha Nakhli

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc