×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Palmeraie Développement accélère son plan Afrique

Par L'Economiste | Edition N°:4572 Le 21/07/2015 | Partager
La première tranche des 10.000 logements en Côte d’Ivoire a démarré
Hôtellerie: faire de Palmeraie une marque africaine

Hicham Berrada Sounni: «Nous sommes déjà en prospection avancée pour une unité hôtelière à Abidjan»
 

Hicham Berrada Sounni préside Palmeraie Développement, la structure qui gère les métiers d’immobilier de luxe, social et moyen standing ainsi que l’hôtellerie de «B Group». Malgré une conjoncture difficile, le groupe accélère la réalisation de ses programmes. Il se projette en Afrique où il entend devenir une référence dans l’immobilier et l’hôtellerie de luxe. Entretien.

- L’Economiste: Vous avez annoncé des projets en Côte d’Ivoire. Que comptez-vous y réaliser et quels sont les prochains pays cibles sur le continent?
- Hicham Berrada Sounni: Nous voulons devenir un acteur de référence de l’immobilier et de l’hôtellerie en Côte d’Ivoire en créant une plateforme régionale dédiée aux développements africains. Notre stratégie vise à soutenir l’essor des marchés des pays de la région dans le tourisme et la promotion immobilière.  Il s’agira pour nous d’accompagner ces pays en construisant des projets résidentiels intégrés et contribuer à étoffer l’offre hôtelière dans les villes à fort potentiel, en ciblant un segment d’hôtellerie urbaine d’affaires avec les couleurs de la marque Palmeraie.
Dans un premier temps, nous ciblons la Côte d’Ivoire pour l’implantation de notre plateforme régionale et pour les développements immobiliers à grande échelle.  Nous avons un objectif de 10.000 logements dans ce pays dont un premier projet intégré d’environ 5.500 logements économiques à Abidjan. La réalisation de la première phase a démarré en avril 2015.
L’implantation du groupe en Côte d’Ivoire est une première étape dans le développement à l’international du groupe Palmeraie Développement. Nous étudions une douzaine de pays pour le déploiement d’unités hôtelières dans les principales capitales principalement en Afrique de l’Ouest, Afrique centrale et en Afrique de l’Est. Nous sommes déjà en prospection avancée pour une unité hôtelière à Abidjan.
- A quoi tient le ralentissement actuel sur le marché de l’immobilier?
- Pour ce secteur, il ne faut pas parler de ralentissement, mais d’un retour à un équilibre du marché en termes d’offres et de demande après une euphorie observée durant les dernières années surtout en termes de lancement de chantiers et de projets. Le Maroc a connu un rythme effréné de constructions de logements qui mène aujourd’hui à une suroffre.
Cette situation s’explique à mon sens par la conjonction de plusieurs éléments qui se traduisent aujourd’hui par un ralentissement du nombre de projets lancés et de chantiers en transaction. On peut parler donc d’un retour à une situation normale.
Par ailleurs, il ne faut pas généraliser à l’échelle nationale. Chaque ville et chaque quartier a ses spécificités. Il y a des villes où la demande est encore très importante et d’autres pas. Enfin,  il y a une prise de conscience de tout le secteur qui fait qu’on observe un recul de tout le marché du BTP et de la chaîne de valeur de la promotion immobilière. Les opérateurs ont, en quelque sorte, appris de leurs excès et sont en train de revenir à une orthodoxie en matière de gestion de projet.
- Les méventes actuelles ne cachent-elles pas une dépréciation de valeur que refusent de voir les promoteurs?
- Nos prévisions indiquent que la demande en logements sociaux et économiques, mais aussi de luxe reste et sera toujours aussi forte sur les 15 prochaines années en raison des tendances démographiques, de l’exode rural, de la facilitation d’accès au financement avec les différents outils qui ont été mis en place comme le Fogarim, Damane Sakane et la baisse des taux d’intérêt.
Selon les derniers chiffres du Haut-Commissariat au Plan, la population qui peut acheter un logement est de 7 millions, soit près de 2 millions ménages.
Le marché de l’immobilier restera  donc toujours porteur à condition de proposer des produits de qualité qui correspondent aux aspirations du client en termes d’espaces de vie.
Par ailleurs, les pratiques de contractualisation qui se mettent en place doivent permettre une reprise de confiance dans le secteur. La nouvelle  loi sur la Vefa en cours de finalisation va permettre une meilleure régularisation du marché avec un meilleur cadre juridique pour toutes les parties.
 - Que relevez-vous au sein de votre groupe?
- La force de notre groupe tient à sa profondeur historique et son mode de gouvernance: notre présence sur le marché depuis près d’un demi-siècle nous a permis de comprendre tout l’intérêt de segmenter et cloisonner nos activités de manière à pouvoir assurer la pérennité de notre croissance et d’éviter ainsi  les  effets de contagion lorsqu’un secteur connaît des difficultés. C’était  précisément un des enjeux majeurs de la dernière réorganisation.
La stratégie de filialisation  autour de filières métiers autonomes nous permet d’afficher une stratégie de développement à multiple vitesse  et  de circonscrire le risque à chaque filiale et chaque projet de développement. La force de nos filiales réside dans leur spécialisation car les activités qu’elles regroupent obéissent à des dynamiques et fondamentaux très spécifiques.

En Bourse, Résidences Saada et les effets collatéraux

LES Espaces Saada ont clôturé l’année 2014 en affichant des performances en très forte progression, concernant les prévisions communiquées par le groupe lors de son introduction en Bourse. Le chiffre d’affaires a ainsi enregistré une hausse significative de 62% par rapport à 2013, tandis que le résultat net a affiché une progression de 33%. Nous sommes confiants pour ce qui concerne le cours en Bourse, même si le cours actuel ne reflète pas la valeur réelle de la société mais plutôt la méfiance des investisseurs vis-à-vis du secteur eu égard au contexte actuel. Durant la séance d’hier lundi 20 juillet, «Résidences Es Saada» cotait 168 dirhams à la Bourse, soit un recul de près de 22% par rapport à son cours d’introduction.

Un groupe multi métiers

LE groupe est né il y a 40 ans de la vision de Abdelali Berrada Sounni, son fondateur qui a réussi à bâtir un des plus grands groupes marocains. Il y a quelques mois, une structure organisationnelle a été adoptée pour répondre au développement et à la croissance du groupe. Cette réorganisation est venue entériner un mouvement naturel entamé depuis plusieurs années pour passer d’un mode de gestion familial à un mode de gestion institutionnel.
L’enjeu de cette réorganisation stratégique était de répondre à trois objectifs:
Assurer la pérennité du contrôle familial, rationaliser la gestion des intérêts des actionnaires fondateurs, renforcer et valoriser son capital humain, ses organes de gouvernance et de gestion ainsi que le contrôle des risques. Enfin, rationaliser ses capacités d’investissement et de financement pour une croissance maîtrisée.  La structure que nous avons mise en place répond à ces objectifs. Elle s’articule ainsi autour d’un «Family Office» B group, gérée par le fondateur et chargé de mettre en place et d’animer les instances de gouvernance et de définir les orientations stratégiques du groupe.
Une structure comprenant les activités industrielles et de distribution (Dolidol) ainsi que les nouvelles activités en développement, à savoir l’éducation, l’agrobusiness, les carrières et les mines : Palmeraie Industries & Services, présidé par Saad Berrada Sounni.
Palmeraie Développement est la structure intégrant les activités d’immobilier de luxe, d’immobilier social et moyen standing (Espaces Saada) et l’hôtellerie et loisirs avec une vision de développement en Afrique. Avec près de  4  milliards de dirhams de chiffre d’affaires en 2014 et plus de 2.000 collaborateurs, Palmeraie Développement est un opérateur économique de référence.

Propos recueillis par Abashi SHAMAMBA

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc