×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

La recette jardin Majorelle

Par L'Economiste | Edition N°:4563 Le 07/07/2015 | Partager
Une fondation pour gérer les lieux et développer les actions culturelles
Elle travaille sur un nouvel espace culturel qui ouvrira en 2017
Une nouvelle grille tarifaire intervient en juillet

Le site qui accueille chaque an près de 760.000 visiteurs fait presque autant que la place Jamâa El fna et est devenu une référence touristique dans la ville de Marrakech

 

C’est un incontournable lors d’un séjour à Marrakech. A eux seuls, le jardin Majorelle attire 760.000 personnes, touristes et citoyens marocains qui le visitent chaque année, sans parler des élèves de toutes les écoles du Maroc qui y sont reçus gratuitement. Créé dans les années 30, le célèbre jardin de Majorelle continue de séduire, de captiver et d’ensorceler les visiteurs. Ouvert tous les jours de l’année, le site est aujourd’hui un ensemble harmonieux, entouré de murs, avec de bâtiments mauresques et un labyrinthe d’allées et de niveaux. Des allées où on retrouve des plantes et arbres exotiques provenant des contrées les plus lointaines. Il emploie 90 personnes pour l’entretien de ces jardins mais aussi pour gérer les activités commerciales (librairie, café, boutiques), faisant du site une référence touristique dans la cité ocre tout comme Jamâa El fna ou les palais historiques. La recette est dans la gestion de ce patrimoine. Quand Majorelle avait acheté le terrain en 1924, ce n’était qu’une zone aride, battue par les vents, où ne poussaient que quelques palmiers locaux. En l’espace de 50 ans, le paysage a été complètement métamorphosé. Bougainvilliers, bambous, chèvrefeuilles, agaves, aloe, ainsi qu’une grande variété de cactus et de palmiers venant d’un peu partout dans le monde ont été plantés et contribuent à donner au jardin une atmosphère paisible et unique.
L’eau, élément primordial dans tous les jardins islamiques est omniprésente avec des canaux, des fontaines et bassin empli de nénuphars et de lotus qui donnent au lieu une ambiance de sérénité et de fraîcheur. A l’empreinte Majorelle, s’est ajoutée celle de ses deux acquéreurs Pierre Bergé et feu Yves Saint Laurent pour restaurer le lieu et pour lui donner tout son éclat et sa beauté. Et pour assurer la continuité, il a été décidé de créer une fondation de droit français reconnue d’utilité publique. Et c’est cette fondation qui veille sur ce patrimoine et développe le concept. C’est ainsi que depuis 2011, les jardins disposent d’un musée berbère et la fondation du jardin Majorelle travaille sur un nouvel espace culturel à proximité qui ouvrira en 2017. En attendant, elle revoit à la hausse ses tarifs qui seront désormais de 70 DH pour l’entrée du jardin et 30 DH pour le musée, avec un tarif réduit aux résidents. Pour la fondation, il était nécessaire d’augmenter ces tarifs afin de mieux assurer les actions de mécénat dans lesquelles est engagée la fondation, continuer le programme culturel (expositions au Maroc et à l’étranger, les colloques…) et entretenir le site.
Badra BERRISSOULE
 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc