×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Courrier Des Lecteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:4560 Le 02/07/2015 | Partager

    Polémique des jupes d’Inezgane  

    ■ Attention aux jupes!
    Notre cher pays, le Maroc, qui a connu l’âge d’or, a accueilli durant des siècles, dans ses universités, les penseurs, les savants, les artistes et les peintres venus du monde entier(…). Voici que deux jeunes femmes ont été arrêtées, au souk d’Inezgane: «Atteinte aux mœurs» (…)Au ministre de la Justice et des Libertés: nous affirmons que mettre une robe n’est pas un crime. En France, on renvoie une lycéenne de l’école, à cause d’une jupe trop longue, jugée ostentatoire (…). C’est absurde et n’importe quoi. Méfions-nous  de ce type de dérapage qui, par propagande interposée, peut faire fuir nombre de visiteurs. Je pense notamment à tous ces événements, congrès, festivals, que le Maroc réalise chaque année. J’ai dénoncé le film de Ayouch, parce qu’il est un mauvais film pour l’image de notre pays, comme je dénonce cette mesure attentatoire à nos libertés. Je suis personnellement inquiet et préoccupé par les dangers qui menacent notre société et notre pays. Et, comme une multitude de citoyens, j’ai un attachement viscéral à la Nation et un réel souci de l’intérêt général. J’observe et suis à l’écoute de ce qui agite notre région (…)  dont notamment les risques de progression du terrorisme et de l’obscurantisme. Et il faudra plus que jamais y prendre garde, et se méfier des provocations d’où qu’elles viennent. Nous sommes conscients des dangers potentiels et des difficultés qui agitent notre société et de ce qui peut remettre en cause nos droits acquis et nos libertés, seules garantes de l’équilibre de notre unité nationale.
    Omar Hasnaoui-Chaoui
    ■ Une atteinte aux libertés individuelles!
    C’est inadmissible. Quand nous n’avons même plus le droit de porter les vêtements que l’on souhaite, il y a de quoi se poser des questions ! J’apprends en effet que les deux jeunes filles mises en garde à vue il y a de cela quelques jours à Inezgane à cause de leur «tenue vestimentaire» seront jugées lors d’un procès fixé pour le 6 juillet! Je rappelle qu’elles portaient de simples «jupes»… Mais dans quel pays vit-on ?! Visiblement, nous ne sommes plus libres de nous habiller comme bon nous semble et ceci est particulièrement grave. C’est un véritable scandale! L’on doit absolument se révolter contre ce genre de pratiques archaïques qui ne respectent en aucun cas les droits des femmes. 
    H.F.
    ■ Soyons solidaires!
    J’ai particulièrement apprécié le mouvement solidaire des Marocaines qui s’est formé suite à la polémique des jupes d’Inezgane. En effet, plusieurs manifestations ont eu lieu le week-end dernier. Celle de Casablanca s’est tenue le 28 juin sur la Place Mohammed V et avait pour slogan «Saya machi Jarima», littéralement «Mettre une jupe n’est pas un crime». Il est temps que la femme se réapproprie ses droits les plus élémentaires, dont celui de s’habiller ou encore de marcher dans la rue sans être harcelée à tout bout de champ. Agissons avant qu’il ne soit trop tard!
    F.A.
    ■ Respectons les jeuneurs 
    Je ne suis pas réellement d’accord avec le mouvement solidaire qui s’est créé suite à la polémique des jupes d’Inezgane. Certes, les Marocaines ont le droit de s’habiller comme bon leur semble. Néanmoins, durant ramadan, je pense qu’il est nécessaire de porter des vêtements plus décents et plus respectueux. Il n’est en effet pas souhaitable de provoquer la gent masculine de la sorte. Habillons-nous moins «sexy» et respectons cette période de jeûne sacrée…
    H.S. 
    ■ Obscurantisme latent
    L’obscurantisme ne surgit pas de nulle part, c’est le résultat d’une longue phase de «maturation». Si nous avons aujourd’hui des obscurantistes, c’est que nous en avons au préalable planté les germes. Regardez nos manuels scolaires, nos discours religieux, notre manière de traiter avec l’altérité, notre passivité face aux pensées radicalistes qui nous viennent d’ailleurs, notre taux d’analphabétisme, … nous n’avons récolté que ce que nous avons semé. Il est temps de prendre les choses en main, de commencer là où il faut commencer, à l’école, en inculquant les vraies valeurs qui construiront nos sociétés futures. Revoyons notre manière de vivre et de penser notre spiritualité, concentrons nos efforts sur nos jeunes qui se sentent perdus... Nous avons besoin d’une révolution des esprits.
    A.Z
    ■ Daesh frappe la Tunisie
    J’ai appris avec stupéfaction la mort de plus de 39 touristes en Tunisie, tués par un membre du groupe Daesh. Cet acte horrible et choquant montre bel et bien l’ampleur de la menace que représente ce réseau terroriste et ses cellules tentaculaires. Il faut à mon sens que les autorités et les services secrets des pays concernés se mobilisent pour poursuivre et mettre hors d’état de nuire ces criminels qui se disent musulmans! N’oublions pas par ailleurs que le Maroc fait partie de la liste des pays ciblés par cette organisation. Fort heureusement, le niveau d’alerte au sein du Royaume a été relevé depuis plusieurs mois déjà. Cela s’est traduit par la mobilisation de moyens humains et logistiques qui ont permis de stopper plusieurs projets terroristes. 
    H.D.
     
    ■ Le tourisme au Maroc menacé?
    J’ai lu avec attention votre article sur les attentats en Tunisie paru le 29 juin dernier. A mon sens, cet évènement particulièrement triste n’aura pas d’impact sur le tourisme au Maroc. 
    En effet, jusqu’à présent, aucune annulation n’a été enregistrée au niveau des agences de voyages ou encore des hôtels. Néanmoins, les professionnels du secteur doivent rester vigilants devant ce malheur qui s’abat sur nous. 
    Quant à la Tunisie, c’est déjà trop tard. Les touristes étrangers fuient en masse le pays, terrorisés et encore sous le choc face à ces évènements scabreux. 
    D.A.
    ■ Much loved:  Une démarche hypocrite?
    Avec la polémique engendrée par le film «Much loved», la liberté d’expression est une fois encore au centre du débat. Faut il censurer le film parce qu’il  incite à la débauche comme le laissent entendre certaines opinions? N’oublions pas en parallèle que les réseaux sociaux aujourd’hui  véhiculent plus de débauches que toutes les  autres formes de média!  Il y a alors  lieu de s’interroger:   hypocrisie ou simple ignorance?
    F.A.
     
    ■  Des chevaux en très mauvais état!
    Des chevaux dans un état dramatique, une jument agonisant dans son sang… Cette scène se déroule dans le club équestre «La Colline» à Kénitra. L’ASPAE – Atlas, association de sauvegarde et de protection des animaux et de l’environnement, a été contactée  par «Petinder» et «Comme chiens et chats» pour constater les faits… L’état des chevaux étant pitoyable, nous avons demandé à récupérer les pauvres bêtes pour les soigner et les placer. C’est un cas flagrant de maltraitance, les animaux ne sont presque pas nourris, n’ont pas d’eau dans les box et sont atteints de toutes sortes de parasites cutanés. Ils n’ont par ailleurs aucun suivi vétérinaire ! L’association «Comme chiens et chats» et la SPANA se joignent à nous aujourd’hui pour s’adresser à la wali de la région Gharb-Chrarda-Beni Hssen, Madame Zineb El Adaoui, et lui demander d’autoriser les associations de protection animale à récupérer ces chevaux avant qu’ils ne soient euthanasiés ou vendus aux abattoirs  et ce, dans les plus brefs délais vu leur état!  Nous faisons également appel aux autorités afin qu’elles fassent le nécessaire en procédant à la fermeture de ce club.
    Nadia Daoudi, présidente de l’ASPAE - Atlas
     

    Halte au tapage nocturne!

     
    Depuis maintenant plus de deux ans, et plus particulièrement durant la période du mois de Ramadan, Aïn Diab s’est transformé en un véritable cabaret à ciel ouvert! Plusieurs pétitions ont été signées par les riverains et adressées aux autorités locales (préfecture, gouverneur, wali, président de la commune et communauté urbaine….). Mais, à ce jour, aucune réponse ! Il est en fait devenu quasiment impossible de fermer l’œil jusqu’à 3h00 voire 3h30 du matin Les principaux établissements hôteliers, qui ont investi dans la rénovation à coup de dizaines de millions de dirhams sur injonction du ministère du Tourisme, via les mêmes autorités (commune, communauté urbaine, wilaya), voient leurs clients quitter leurs établissements de façon précipitée en jurant de ne plus y remettre les pieds. Durant les années 80 et 90, Aïn Diab à connu le même phénomène. A tel point que les mêmes hôtels, restaurants et bars ont été durant plus de 20 ans dans l’obligation de se tourner vers des activités illicites (prostitution, trafics de tous genres). Au rythme actuel et devant ce phénomène, il est fort à craindre que ces commerçants, face à des charges insurmontables, la crise aidant, ne soient de nouveau tentés de revenir à la situation initiale ! Précisons également que des tripots fleurissent tout le long de la côte. Il n’y a qu’à faire un tour aux alentours de minuit pour avoir une idée sur cet état lamentable. Qui délivre les autorisations d’exploitation de ces tripots? Sur quelles bases? Existe-t-il une législation en matière de tapage nocturne à Casablanca et dans tout le Royaume? Tous ces tripots sont-ils incontrôlables au point de nous faire sortir leurs enceintes «baffles» pour soi-disant attirer une clientèle douteuse? Cette situation et ces agissements sont le terreau des extrémistes. Il y a 2 ans, pour les mêmes raisons, une horde de barbus a débarqué sabres aux poings et ont tout saccagé dans les cafés… Devons-nous en arriver là? Halte aux tapages nocturnes, aux cabarets à ciel ouvert, aux salles des fêtes improvisées sans respect des normes d’isolation. Halte à la pagaille!!
    Un riverain
     
     
     
     
        
     
    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc