×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Attaque terroriste en Tunisie
La saison touristique, c’est fini!<br>De notre correspondante à Tunis, Yousra MAHFOUD

Par L'Economiste | Edition N°:4558 Le 30/06/2015 | Partager
Vague de départs et d’annulations des réservations
Les professionnels du tourisme tunisien parlent de prémices d’une crise retentissante
Zéro visibilité pour la saison touristique actuelle et pour les saisons à venir

Selon les chiffres officiels, quelque 2.000 touristes anglais et autant de nationalité belge ont quitté la Tunisie au lendemain de l’opération

Alors que la Tunisie pansait encore les plaies de l’opération du Bardo de mars dernier, l’attaque terroriste à l’hôtel dans la zone touristique de Port El Kantaoui à Sousse, une des destinations les plus prisées en cette période estivale, a réduit quasiment à néant les espoirs d’un secteur rudement mis à mal.
Le bilan de l’acte meurtrier et le modus operandis, similaire à celui du musée du Bardo (un homme circulant librement arme à la main sans aucune interception), a provoqué un vent de révolte. Et les réactions ne se sont pas fait attendre. A commencer par le mouvement de retour massif des touristes présents dans la région et dans d’autres (Sousse, Hammam Sousse, Monastir,…). Quelques minutes après l’opération, alors que les sirènes des ambulances retentissaient encore, des autobus stationnaient le long de la zone, pour transporter les touristes fuyant la ville. Dans la soirée, une vingtaine d’avions atterrissaient aux aéroports de Monastir et d’Enfidha Hammamet pour rapatrier les touristes. Selon les chiffres officiels, quelque 2.000 touristes anglais et autant de nationalité belge ont quitté la Tunisie au lendemain de l’opération.
Au fil des heures, les premières réactions des TO se succédaient. Et elles étaient sans appel. Réservations annulées, reports sans frais,… Le Syndicat français des tour-opérateurs (SETO) et celui des agences de voyages (SNAV) conseillaient vivement aux professionnels du tourisme de prévoir de « nouvelles dispositions» pour les voyages à forfait vers la destination. Les TO membres du syndicat ont déclaré accepter les reports sans frais pour les départs vers le pays pour les réservations liées à la saison estivale actuelle. Pour sa part, le TO britannique Thomas Cook a annoncé qu'il offrait la possibilité à ses clients «de changer sans frais leurs réservations pour la Tunisie pour les départs prévus jusqu'au 24 juillet». Idem pour le TO allemand TUI qui proposait le même packiage. De son côté, la compagnie aérienne belge, Jetairfly,  a décidé, de concert avec des tour-opérateurs, d’annuler l’ensemble de ses vols vers la Tunisie. Un avion en plein vol le 26 juin dernier vers la Tunisie avait fait demi-tour sur ordre de la compagnie.

40.000 emplois menacés

Pour les professionnels du tourisme tunisien, c’est le choc. Le diagnostic établi souvent à demi-mots dans une confusion quasi générale fut alarmant. La saison est bel et bien compromise, particulièrement pour les hôteliers qui commençaient à peine à sortir la tête de l'eau. La Fédération tunisienne de l’hôtellerie a appelé  les Tunisiens à s’unir dans cette épreuve et à redoubler de vigilance et d’efforts pour soutenir la lutte contre le terrorisme, afin de garantir la paix et la stabilité dans le pays. Pour sa part, Mohamed Ali Toumi, président de la Fédération tunisienne des agences de voyages (FTAV) a souligné que l’opération de Sousse est «un coup dur pour le secteur qui est aujourd’hui menacé avec ses 40.000 emplois directs et indirects». Pour la FTAV, l’attentat aura des conséquences dramatiques et estime qu’il s’agit de prémices d’une crise qui s’annonce retentissante. "Il n'y pas de mots suffisamment forts pour condamner ces actes barbares ayant touché des touristes, des invités du pays, mais avant tout des êtres humains, et ce, trois mois seulement après l’acte survenu au Bardo». La FTAV affirme être aux côtés de ses partenaires tour-opérateurs dans cette situation de crise extrême et promet de répondre en toute franchise aux interrogations de ceux qui avaient programmé d’envoyer leurs clients dans les prochaines semaines.

Le secteur en chiffres

Depuis l’attaque du musée du Bardo, le tourisme a enregistré un recul de près de 26% en nombre de touristes et de 26,3% des recettes touristiques en devises. Entre le 1er janvier et fin mai, les recettes touristiques se sont établies à 966,1 millions de dinars tunisiens (4,8 milliards de DH), en recul de 15% par rapport à la même période en 2014. Les nuitées se sont établies à près de 6,3 millions, en recul de 17,6%.  Le tourisme représente 7% du PIB et 20% des recettes en devises du pays.
 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc