×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    La croissance s’est accélérée au premier trimestre

    Par L'Economiste | Edition N°:4558 Le 30/06/2015 | Partager
    A 4,1%, elle est tirée par le secteur agricole
    La reprise est plus lente dans l’industrie et les services

    Le PIB a augmenté de 4,1% au premier trimestre contre 2,8% l’année dernière. Le secteur agricole a enregistré une forte hausse de la valeur ajoutée alors que celle des autres activités était modérée.

    La croissance était au rendez-vous au premier trimestre 2015. Le Haut commissariat au plan (HCP) qui vient de publier les comptes nationaux fait état d’une hausse de 4,1% du PIB en volume contre 2,8% en 2014. Cela est dû en particulier au secteur agricole dont la valeur ajoutée a cru de 12% au lieu d’un recul de 1,6%.  Une estimation des indicateurs macro-économiques de  2015 et les prévisions 2016 seront présentées aujourd’hui mardi 30 juin à Casablanca par le HCP.
    Sur les trois premiers mois de l’année, le secteur primaire a enregistré une hausse de 12,9% contre une baisse de 2,5% durant la même période que l’année dernière.  A côté de l’agriculture, la reprise est aussi vigoureuse dans la pêche. La valeur ajoutée de la branche a crû de 24% alors que l’année dernière elle avait décroché  de 15% à la même période.
    Les activités non agricoles ont connu un rythme d’accroissement modéré, soit 2%. Elles sont marquées par un ralentissement du rythme au niveau du secteur secondaire (1,1%  contre 2,3% l’année dernière). Les industries de transformation ont quasi stagné alors que la valeur ajoutée de «l’électricité et eau» a doublé (10,1%). En revanche, celle du bâtiment et des travaux publics s’est repliée, s’établissant à 1,3% contre 2,1% l’année dernière. Depuis plusieurs mois, l’immobilier  connaît des difficultés alors que dans les travaux publics, les appels d’offres et chantiers lancés par l’Etat démarrent généralement au bout du quatrième mois de l’année. Le premier trimestre 2015 était également difficile pour les industries extractives. La valeur ajoutée continue de reculer de 10,9%. La contraction était déjà de 12,3% l’année dernière.
    Dans les services, une augmentation d’un point est relevée: 3,1% à fin mars contre 2,1% une année auparavant. Si toutes les composantes de ce secteur ont dégagé des valeurs ajoutées en hausse, celle relative aux hôtels et restaurants baisse de 1%. Dans les postes et télécommunication, l’on assiste à un léger essoufflement de la croissance: 4,7% au premier trimestre  contre 7,2% en 2014. Idem dans les services de l’éducation, de la santé et de l’action sociale (1,3% contre 2,8% l’année dernière) ainsi que les services financiers et assurances (1,2% contre 3% en 2014). Le transport est à peine à 0,6% de croissance de la valeur ajoutée au lieu de 5,4% en 2014.
    K.M.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc