×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Logistique
    Deux grandes écoles ouvrent leur porte

    Par L'Economiste | Edition N°:4558 Le 30/06/2015 | Partager
    Ponts & chaussées, université de Valenciennes, TMSA… dans le tour de table
    L’ouverture prévue en septembre

    L’offre de formation vient de s’enrichir avec deux établissements d’enseignement supérieur: l’Ecole supérieure d’ingénierie logistique (ESIL) et l’Institut méditerranéen de la logistique et du transport (IMLT).
    Le premier sera provisoirement hébergé à l’Ecole Hassania des travaux publics avant d’emménager dans les locaux mitoyens appartenant à l’ONDA et qui servaient à la formation des contrôleurs aériens. Il délivra des diplômes d’ingénieur dans les métiers de la logistique.
    L’IMLT sera ouvert à Tétouan, dans un local appartenant à TangerMed. Dans un premier temps, il délivra un diplôme d’études universitaires générales (DEUG), puis une licence et un master spécialisés dans les métiers de la logistique.
    Les études dans les deux établissements ne seront pas gratuites, mais pour l’heure, les droits d’inscription ne sont pas encore fixés. Ils devront tenir compte d’une éventuelle subvention du ministère de l’Équipement et de l’Enseignement supérieur.
    L’accès aux deux établissements sera conditionné par la réussite à un concours. Bien que créées dans le cadre d’une même fondation, les deux écoles auront une gouvernance séparée. L’ESIL relèvera du ministère de l’Équipement tandis que l’IMTL sera rattaché à l’Enseignement supérieur.
    Une réunion est prévue dans les semaines qui viennent pour procéder aux derniers réglages. L’ouverture étant prévue pour la rentrée universitaire 2015-2016. Mais pour y arriver, il faudra mettre les bouchées doubles.
    L’ESIL et l’IMTL ont été créés dans le cadre de la Fondation méditerranéenne de la logistique et du transport (FMLT). Une structure prévue par la convention entre les gouvernements marocain et français, signée lors de la visite d’Etat du président François Hollande au Maroc, le 4 avril 2013.
    Association à but non lucratif, la Fondation s’inscrit dans la feuille de route 2013-2015 liant les ministères de l’Enseignement supérieur des deux pays. Son siège sera localisé à Tanger. Le tour de table de la Fondation compte également le département du Transport, la Fondation TangerMed pour le développement humain, l’université de Valenciennes, l’Ecole nationale des ponts et chaussées.
    La Fondation bénéficiera d’un double partenariat. Le premier, académique, est représenté, côté français, par l’université de Valenciennes et l’Ecole des ponts & chaussées et, côté marocain, par l’Ecole Hassania des travaux publics. D’autres établissements, en particulier de recherche, pourraient s’y joindre ultérieurement. Le second partenariat de type industriel sera porté par TMSA, l’ONCF, l’Agence marocaine de développement de la logistique.
    Outre l’ESIL et l’IMTL, la Fondation méditerranéenne de la logistique et du transport est appelée à ouvrir d’autres établissements d’enseignements et de recherche toujours dans le domaine de la logistique et de transport en s’appuyant sur des institutions situées dans l’espace méditerranéen.

    Une présidence tournante

    Le bureau exécutif de la Fondation sera composé de huit membres désignés par l’assemblée générale. Il s’agit du président, qui sera pour un premier mandat Lahcen Daoudi, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. La présidence tournante de la Fondation reviendra à Aziz Rabbah, ministre de l’Équipement et du Transport un an plus tard. Abdelilah Hifdi, patron de la Fédération du transport/CGEM, occupera le poste de président délégué. Le secrétariat général de la Fondation sera assuré par l’Agence marocaine pour le développement de la logistique. Le poste de trésorier général reviendra au ministère des Finances. TMSA assurera la fonction de trésorier adjoint.

    Hassan EL ARIF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc