×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    TGV: La première rame entre les mains de l'ONCF

    Par L'Economiste | Edition N°:4558 Le 30/06/2015 | Partager
    2 locomotives et 8 wagons duplex seront montés au centre d’entretien de l’ONCF à Moghogha, Tanger
    Les autres rames arriveront à partir du mois d'août prochain

    Une première rame de deux locomotives et huit wagons est déjà à TangerMed, en attente de son transfert au centre d’entretien

    La première rame du train à grande vitesse marocain est finalement arrivée hier au terminal roulier du port TangerMed. Après trois heures de débarquement, la rame composée de deux locomotives et de huit voitures (wagons duplex) a été déchargée et entreposée dans un parking en attente de son transfert vers le centre de montage et d’entretien des trains à grande vitesse installé à côté de la gare de l’ONCF à Moghogha. La rame construite par le français Alstom était accompagnée par un lot de matériel divers et des caisses de bogies supplémentaires. «Il s’agit du premier lot transporté sur un total de douze», précise Jean-Louis Cadoret, directeur général de Fret Cetam, entreprise en charge du transport et qui a assisté en personne aux travaux de déchargement de cette marchandise, assisté par Transports Marocains, son agent général au Maroc. L'arrivée de la prochaine rame est prévue pour fin août, les autres s’étaleront sur les mois suivants.
    Cette première rame a eu droit en outre à un véritable traitement de faveur car elle est arrivée à bord du Ville de Bordeaux, un navire de transport de marchandises à haute valeur ajoutée, spécifiquement construit pour satisfaire aux exigences de la compagnie Airbus. C’est en effet ce bateau qui assure le transport des éléments du superporteur d’Airbus, le A 380.
    Chez Fret Cetam, c’est la première fois qu’un tel matériel ferroviaire est transporté. La locomotive en plus de ses dimensions pèse environ 70 tonnes, et les wagons environ 40 tonnes, ce qui suppose des équipements roulants spécifiques pour leur chargement et déchargement et surtout leur transport. Ce dernier devrait s’effecteur de nuit, selon plusieurs sources, afin de profiter de la tranquillité nocturne, la vitesse du convoi ne pourra dépasser les 60 kilomètres à l'heure.
    A noter qu’après le montage, les premières rames devront subir une batterie de tests sur le tronçon normal du réseau ferroviaire, avant d’entamer une série de tests en vitesse de croisière au cours de l’année prochaine. Et ce n’est qu’en 2018 que la grande vitesse marocaine devrait entrer en service avec un retard d’un an sur l’échéancier prévu.
    De notre correspondant,
    Ali ABJIOU
     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc