×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Les talibans promettent la pire «saison des combats»

Par L'Economiste | Edition N°:4553 Le 23/06/2015 | Partager
Un commando cible le parlement à Kaboul
Inexpérimentée, l’armée afghane est à la peine

L’Afghanistan ne s’en sort toujours pas face aux talibans. Un commando du groupe terroriste a attaqué hier lundi le parlement à Kaboul, blessant 15 personnes et signant l’intensification des attaques rebelles à Kaboul comme dans plusieurs provinces où la «saison des combats» bat son plein.
L’assaut typique des talibans qui envoient régulièrement des kamikazes attaquer les symboles du gouvernement ou de la présence occidentale à Kaboul, a ciblé les députés qui étaient en session. Selon le gouvernement, tous les députés ont été évacués sains et saufs. Tout a commencé quand un kamikaze au volant d’une voiture piégée a lancé l’assaut en faisant exploser son véhicule juste devant les grilles du parlement, un groupe de combattants a pénétré dans un bâtiment adjacent au parlement, déclenchant des échanges de tirs avec les forces de sécurité.
Le timing de l’attaque est symbolique. La séance interrompue était réservée à l’écoute de Mohammed Massoum Stanekzai, le candidat désigné par le président Ashraf Ghani au poste de ministre de la Défense, vacant depuis l’élection présidentielle de 2014 par les députés.
Si le bilan humain de l’attaque reste faible, -quelques dizaines de blessés-, elle rappelle toutefois que le pays aura certainement à faire face à un bain de sang. L’habituelle «offensive du printemps» des talibans a à peine débuté il y a quelques semaines, comme annoncé par le mouvement terroriste.  Mais cette année est la première à se passer sans la présence massive des forces internationales, après les 13 années de conflit qui ont suivi la chute du régime taliban, au lendemain des attentats du «11 septembre».
Depuis le départ de l’essentiel des troupes de combat de l’Otan en décembre 2014, les forces de sécurité afghanes sont généralement seules face à l’insurrection talibane. Seule une force résiduelle de quelque 12.500 hommes est restée dans le pays sous la bannière de l’Alliance Atlantique, concentrée sur la formation de l’armée locale. Celle-ci souffre d’un manque d’effectif et de formation. En face, les talibans est l’un des mouvements qui ont le plus d’expérience au combat dans le monde. Ils ont fait face aux Américains, aux Russes, à l’Otan...
En même temps, le président afghan Ashraf Ghani tente de mener les talibans à la table des négociations, à travers un rapprochement diplomatique avec le Pakistan voisin, mais vainement.
Les talibans continuent de poser comme principal préalable à la paix le retrait immédiat de la totalité des soldats étrangers déployés dans le pays.
M. L.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc