×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Competences & rh

    Cadi Ayyad Marrakech: Une femme à l’honneur

    Par L'Economiste | Edition N°:4553 Le 23/06/2015 | Partager
    Le prix de la BID décerné au professeur Laila Mandi
    Nouvelle distinction pour l’UCA
    Une mise en lumière du travail des femmes pour le développement

    Laila Mandi, professeur à l’université Cadi Ayyad de Marrakech, a reçu le “prix de la BID pour la contribution des femmes au développement” dans la catégorie Individu, des mains du président de la République du Mozambique, Felipe Nyusi

    Objectif: souligner la contribution des femmes au développement. Depuis 2006, la Banque islamique de développement (BID) octroie, dans ce cadre, un prestigieux prix. Pour cette année 2015, dans la catégorie Individu, c’est Laila Mandi, professeur à l’université Cadi Ayyad (UCA) de Marrakech, qui a reçu cette distinction, le 10 juin dernier, à Maputo en Mozambique. Un trophée qu’elle a reçu des mains du président du pays en personne, Felipe Nyusi. Une récompense de 50.000 dollars faisant également partie du package des honneurs. Cette cérémonie a été organisée en ouverture de la 40e réunion annuelle des gouverneurs de la BID, en présence du président de la banque islamique, Ahmad Mohamed Ali, de ministres et de hauts responsables du gouvernement, ainsi que des ministres de l’Economie et des Finances des 56 pays membres de la BID, dont fait partie le Maroc.
    Cette initiative sert à attirer l’attention internationale sur le rôle vital que jouent les femmes dans le développement de leur propre pays et du monde en général. C’est également le meilleur moyen pour inspirer l’engagement d’autres femmes, dans le présent et pour l’avenir. La 10è édition du prix de la BID était consacrée à la gestion des ressources en eau, et par conséquent, à l’amélioration des conditions socioéconomiques de la société. Coup de projecteur donc sur la coordination réussie du professeur Mandi dans le cadre de projets exceptionnels de recherche et de développement liés à la gestion et à la préservation des ressources en eaux. Son travail consistant en effet à développer des technologies et solutions innovantes à faible coût pour le traitement des eaux usées domestiques et des eaux grises. Mais également à soutenir les associations des zones rurales du pays dans la mise en oeuvre de ces projets d’assainissement, qui visent à améliorer la qualité de vie des habitants.
    Pas de doute, dans le Royaume, les femmes ont un accès toujours plus grand aux postes à responsabilité. Rappelons que la présidente de la CGEM, la première femme élue à la tête du patronat marocain, Miriem Bensalah-Chaqroun, vient de rempiler pour un second mandat de 3 ans. Plus récemment, soulignons les 2 nominations à des postes-clés, celle de Nadia Fassi-Fehri en tant que PDG d’Inwi, et Noufissa Kessar, qui vient d’être nommée directrice exécutive au sein de la SNI, la Société nationale d’investissement.
    Une mise à niveau au compte-goutte,  mais bel et bien en marche, alors que les femmes représentent 51% de la population globale. La majorité!

    Stéphanie JACOB

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc