×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Competences & rh

    Actu/Université internationale de Rabat
    De nouvelles filières pour la prochaine rentrée

    Par L'Economiste | Edition N°:4548 Le 16/06/2015 | Partager
    Une faculté de médecine dentaire pour développer un pôle de santé à Salé
    Et également deux écoles, l’une en ingénierie automobile et l’autre en droit

    Un premier pôle de formation en santé à Salé dès la rentrée prochaine. L’Université internationale de Rabat (UIR) a déjà entamé des discussions avec les autorités de la ville au niveau de cette région dont la population dépasse un million de personnes avec un déficit en infrastructures sanitaires. Le premier noyau sera la faculté de médecine dentaire dont l’ouverture est prévue lors de la rentrée universitaire 2015-2016, annonce Noureddine Mouaddib, président de l’UIR lors d’une conférence de presse. L’accès en première année sera ouvert aux candidats titulaires du baccalauréat marocain (sciences expérimentales et sciences mathématiques) et français (série S). Pour l’admission, il y aura une présélection basée sur la moyenne générale des notes du baccalauréat avant de passer les épreuves écrites. Les équipements seront disponibles pour démarrer la première année, selon Mohamed Abdellaoui, vice-président de l’UIR. Ce cursus sera réalisé avec deux partenaires français, à savoir les facultés dentaires de Nantes et de Nancy. «La formation sera assurée par un corps professoral universitaire national, en partenariat avec des équipes pédagogiques internationales et en particulier celles de l’université de Nantes», est-il indiqué. L’ouverture de cette faculté s’inscrit dans le cadre d’un projet de réalisation d’un pôle santé au niveau de l’UIR avec les composantes médecine et pharmacie. Parmi les nouveautés pour la rentrée prochaine à l’UIR, l’ouverture de la School of Automotive Engineering (Ingénierie automobile). Ce projet est le fruit de collaboration stratégique entre l’UIR et l’université américaine Mississippi State University (MSU). Pour les responsables de l’UIR «l’ouverture de cette école a pour objectif de proposer une formation d’excellence à dimension internationale pour accompagner les développements stratégiques du Maroc dans les secteurs du transport et de l’automobile en particulier». Il y aura également au menu, le démarrage d’une école de droit.
    Au cours de cette rencontre, le président de l’université a eu l'occasion de passer en revue les réalisations phares de l'établissement, notamment en matière de R&D. «L’UIR a su fédérer autour d’elle un réseau de compétences et de partenaires prestigieux académiques et industriels grâce à la mobilisation de la diaspora universitaire marocaine et l’insertion dans des consortiums et des laboratoires internationaux labellisés», est-il rappelé. L’UIR commence déjà à récolter les premiers fruits de ce travail de réseautage. «Notre université a pu conclure des contrats de recherche d’une valeur de plus de 40 millions de DH», se félicite le président de l’UIR. Au bilan également le dépôt de plus de 128 brevets d’invention dont une vingtaine à l’international.

    Mixité sociale

    AVEC le développement des universités payantes, on risque de creuser davantage les disparités sociales. Les prix proposés dépassent les 70.000 DH par an. Un budget hors de portée pour la majorité des familles marocaines. Sur ce volet, la direction de l’UIR cherche, à travers certaines initiatives, à encourager la mixité sociale en donnant une chance aux étudiants excellents de familles modestes de poursuivre leurs études supérieures. Parmi ces mesures, l’octroi de bourse totale ou partielle aux étudiants méritants. A ce jour, 30% des étudiants de l’UIR bénéficient de ce soutien financier. L’université accorde également des prêts aux étudiants avec des taux intéressants. Une centaine d’étudiants ont déjà bénéficié de cette formule cette année.

    N. E. A.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc