×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Analyse

    Aéronautique: Ciel dégagé sur le marché mondial

    Par L'Economiste | Edition N°:4548 Le 16/06/2015 | Partager
    Le match Boeing/Airbus
    Entre 32.000 et 38.000 avions neufs d’ici 2035
    L’américain s’en sort mieux qu’Airbus!

    Le ciel est bien dégagé sur les carnets de commandes des constructeurs. C’est en tout cas ce que révèlent les dernières tendances du marché de l’aviation, annoncées en marge du Salon international du Bourget. Chez les deux leaders du marché, Boeing et Airbus, les perspectives à moyen et long terme du marché sont plutôt prometteurs, à quelques écarts de chiffres près du secteur. Hier, lundi 15 juin, premier jour du Bourget, c’est Airbus qui marque l’actualité en livrant ses perspectives. L’avionneur  table sur un volume de 32.600 nouveaux appareils dans le monde d’ici 2035, dont 23.000 seront de type monocouloir. Le segment fera en effet les 70% des demandes en nombre d’appareils sur cette échéance, contre 55% en long courrier. Chez l’américain Boeing, qui a d’ailleurs été le premier à livrer ses perspectives, l’on parle plutôt de 38.050 avions neufs à l’horizon 2034, pour une valeur de 5.600 milliards de dollars. Le marché devrait en effet progresser de 3,5% d’ici 2020 en comparaison avec le potentiel de 2014.
    Dans les perspectives de Boeing, c’est aussi le segment des monocouloirs qui devrait porter la croissance du secteur.  Sur les 38.000 appareils, 26.730 seront de type monocouloir. «Ces appareils constituent le socle de la flotte mondiale: ils transportent jusqu’à 75% des passagers sur plus de 70% des lignes commerciales exploitées dans le monde», expliquent les experts du constructeur américain. Le segment est surtout porté par l’essor des compagnies low-cost et des compagnies traditionnelles sur les marchés émergents et en voie de développement. En effet, les compagnies à bas coûts représentent environ 35% du marché des monocouloirs. Quant au segment du long-courrier, les prévisions de Boeing tablent sur une demande de 8.830 nouveaux appareils. Le marché sera surtout tiré par les long-courriers de moyenne capacité, comptant entre 200 et 300 places.
    Côté trafic, le transport de passagers devrait poursuivre sa progression à un rythme annuel d’environ 4,9%, proche de la tendance historique de 5%. D’ici 2034, le transport aérien enregistrera plus de 7 milliards de passagers. Le fret va progresser au rythme d’environ 4,7% par an. «Nous avons enregistré deux années de solide croissance sur le marché du fret aérien», soutient Randy Tinseth, vice-président du marketing de la division Boeing Aviation Commerciale.
    En termes de business, la bataille des prises de commandes fait encore rage. A fin 2014, Boeing ravit la palme avec 723 appareils livrés contre 629 pour Boeing, pour des chiffres d’affaires respectifs de 75 milliards et 60,7 milliards d’euros.
    Safall FALL
     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc