×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Compétitivité mondiale: Les Etats-Unis caracolent en tête

Par L'Economiste | Edition N°:4537 Le 01/06/2015 | Partager
Hong-Kong et Singapour, de sérieux challengers
Les bons et mauvais élèves, selon le classement 2015 de l’IMD

Les pays les plus compétitifs sont ceux qui améliorent leur productivité. Si les Etats-Unis figurent sur la première marche, bientôt ils pourraient être dépassés par Hong-Kong et Singapour qui sont au deuxième et troisième rang
 

Efficacité dans le domaine financier, de l’innovation et des infrastructures… sont autant de facteurs qui ont permis aux Etats-Unis de rester le pays le plus compétitif au monde. Un indice qui figure dans le classement 2015 du Centre de la compétitivité mondiale de l’IMD à Lausanne. Les USA sont suivis de très près de Hong-Kong et Singapour dans ce palmarès examinant 61 pays. Les pays les plus compétitifs sont ceux qui ont une meilleure productivité.  L’économie de Hong-Kong se porte bien et de gros efforts ont été réalisés pour améliorer la transparence et diminuer la corruption. Singapour a fait aussi beaucoup de progrès. Il n’est pas exclu d’ailleurs de les voir ravir le podium aux Etats-Unis. Globalement, la plupart des pays asiatiques en perte de vitesse ont vu leurs économies domestiques décliner et sont touchés par des infrastructures vieillissantes ou peu développées.
Comme nouveauté, le Luxembourg fait son entrée dans le top ten du classement, en décrochant le 6e rang, alors qu’il se plaçait au 11e rang en 2014. Ces bons scores sont attribués à la performance économique et de rendement des entreprises. La Grèce, l’Italie et le Qatar ont aussi bénéficié de ce critère pour gagner des places. Par contre, l’Allemagne, qui était au 6e rang l’année dernière, occupe le 10e rang. Berlin perd des points sur le climat des affaires. Aussi, la confiance des hommes d’affaires allemands est en baisse, accentuée par les nouvelles réglementations sur le marché du travail.
Dans ce palmarès, la France a perdu 5 places, glissant au 32e rang. Pour l’IMD, les principaux défis à relever sont la réduction des formalités administratives, la baisse des coûts du travail et de la charge fiscale, l’encouragement à l’investissement privé. Ce constat a été relevé aussi dans le Baromètre de l’attractivité de la France 2015 réalisé par le cabinet d’audit et de conseil  EY (anciennement Ernst & Young) (cf. L’Economiste du jeudi 28 mai 2015). Du côté des points positifs, l’étude cite le niveau élevé d’éducation, la main-d’œuvre qualifiée, les infrastructures fiables, une forte culture recherche et développement et une stabilité politique.
En Europe de l’Est, l’Ukraine et la Russie ont perdu des places aussi. L’Ukraine passe du 49e rang au 60e et la Russie du 38e rang au 45e. Une situation qui reflète l’impact négatif qu’a eu le conflit armé en Ukraine. Parmi les pays émergents, l’Afrique du Sud recule légèrement à la 52e place (-1 rang) tandis que le Brésil pointe à la 56e (-2 rangs). Le Mexique prend deux places, à la 39e et l’Inde se maintient à la 44e.o
F. Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc