×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Musiques sacrées
«Fès irradie la diplomatie africaine»

Par L'Economiste | Edition N°:4512 Le 24/04/2015 | Partager
Le festival présenté ce vendredi à Casablanca
Bajeddoub, Al Jasmi, Saber Robaii… du 22 au 30 mai

La place Bab El Makina recevra deux grosses pointures de la chanson arabe, à savoir Saber Robaii, prévu le 23 mai, et Hussein Al Jasmi annoncé pour la clôture du festival samedi 30 mai

Le festival de Fès de la musique sacrée du monde continue son périple promotionnel. Après des conférences et des rencontres réussies à Barcelone, Paris et Londres, les organisateurs rencontrent, ce vendredi 24 avril, les médias marocains à Casablanca afin de dévoiler le programme définitif de la 21e édition de l’événement phare de la capitale spirituelle. Initié sous le thème «Fès au miroir de l’Afrique», la nouvelle version aura lieu du 22 au 30 mai. «C’est une étape charnière de la chronologie du festival qui célèbre l’Afrique et les spiritualités», explique Abderrafie Zouitene, président de la Fondation Esprit de Fès, organisatrice de l’événement. La thématique s’est inspirée des dernières visites du Souverain dans quelques pays amis du continent, avec les heureuses perspectives qu’elles induisent. Ainsi, les deux volets de cette édition, le forum et les spectacles et concerts, se déclineront au rythme de l’évocation des pérégrinations et des œuvres emblématiques que furent celles de Hassan Al Wazzan, dit Léon l’Africain et de Sidi Ahmed Tijani, fondateur de la Tariqa Tijania, dont se réclament quelque 300 millions d’adeptes notamment, en Afrique de l’Ouest. A ce propos, Zouitene promet une fresque musicale d’exception pour l’ouverture du festival dédiée à l’histoire de l’Afrique. «Un spectacle basé sur les techniques de mapping qui sera riche en lumières et offrira un voyage de découverte des sites et paysages qui ont charmé, ému ou stupéfié l’explorateur», révèle le patron de la Fondation. Titré «Fès, à la quête de l’Afrique», ce spectacle relatera, sur le mode allégorique, les périples et vies de Léon l’Africain et Sidi Ahmed Tijani. Cette saga, imaginée et mise en scène par Alain Weber, sera illustrée par les chants, rythmes et danses d’artistes de renom du Maroc, du Mali, de Mauritanie et du Sénégal. Durant ce 21e festival, la scène de Bab Makina accueillera les extraordinaires griots, chanteurs et danseurs, du Burkina Faso. D’autres formes de musique seront aussi livrées, lors du festival, par les grands daffs kurdes d’Iraq, la pipa chinoise, la slide guitare indienne, la kora mandingue, les voix corses ou les cornemuses bretonnes. Après Tomatito et le regretté Paco de Lucia, Fès l’andalouse sera célébrée par la venue du grand Diego Al Cigala, mais aussi par «Amen en la voz del Hombre», une création où s’entrecroisent «saetas» et musique classique. D’autres Andalousies, comme celles d’Alger ou de Tunis, incarnées par Beihdja Rahal et Sonia Mbarek, croiseront celle de Fès. Ce festival miroir de la diversité du monde révélera aussi celle du Maroc, avec des formes d’expression aussi diverses que celles de l’ensemble populaire de Lamkkartaas de Tissa ou de la musique contemporaine de Nabil Benabdeljalil et Haj Mohamed Bajeddoub et Merwane Hajji.
En outre, plusieurs événements sont au programme sur les différents sites du festival. La place Bab El Makina recevra, par exemple, The Temptations de Dennis Edwads (USA), ou encore deux grosses pointures de la chanson arabe, à savoir Saber Robaii, prévu le 23 mai, et Hussein Al Jasmi annoncé pour la clôture du festival samedi 30 mai. Très inspiré par l'amour, Saber Robaii s’inscrit parmi les grands chanteurs romantiques qui fera partie de l'évènement. Pour sa part, le chanteur émirati à succès, Al Jasmi, connaît une ascension, que l’on peut suivre dans les pays de culture arabe, friands de concours et de compétitions musicales. Sa venue à Fès vise à séduire, surtout, un public national. Notons enfin que cette édition verra la participation de jeunes talents dans le cadre du festival off. «Nous invitons les étudiants à participer au forum qui sera le lieu de plusieurs tournage d’émissions de radios et de télé», conclut Zouitene.

Le forum

Le forum de Fès, dirigé par le philosophe Ali Benmakhlouf, sera animé par une pléiade d’intellectuels. Cinq problématiques y seront abordées sous les intitulés «chemins spirituels, chemins commerciaux», «pluralisme linguistique en Afrique», «l’Afrique et le sacré», «Hassan Al Wazzan (Léon l’Africain)», et «les grands enjeux contemporains : éducation, santé, géostratégie, etc». Ce forum permettra de passer au crible les grands enjeux contemporains. Parmi les personnalités attendues figurent Bachir Souleymane Diagne, Oumelbanine Zhiri, Romain Simenel, Phinith Chantalangsky, Bernard Coyault, Papa Diop, Jean-Christophe Ruffin, Bariza Khiari, Driss Ksikes, Alexandre Pajon, Colette Fellous…

Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc