×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Les atteintes à la vie privée se multiplient

    Par L'Economiste | Edition N°:4508 Le 20/04/2015 | Partager
    Publicité indésirable, vidéosurveillance, biométrie
    Les révélations chocs d’une enquête de la CNDP

    Le contrôle de la protection des données personnelles a été  concentré sur Casablanca et Rabat. L’usage illicite de la vidéosurveillance   interpelle dans des secteurs comme l’hôtellerie et la grande distribution

    Du 17 novembre à fin décembre 2014, la Commission nationale de protection des données à caractère personnel (CNDP) a mené une enquête décisive: 30 missions de contrôle visant des organismes publics, des entreprises, un particulier et une profession libérale. L’audit des agents assermentés de la CNDP a porté sur la vidéosurveillance (20 contrôles), la prospection commerciale via SMS (8) et deux dispositifs biométriques de contrôle d’accès des salariés. A noter que les procès-verbaux de la Commission ont une portée juridique: enclencher une action en justice auprès du procureur général du Roi.
    Le ciblage des secteurs est motivé par la nature des plaintes reçues par l’instance que préside le Pr. Saïd Ihrai (publicité indésirable notamment), des thèmes d’actualité comme pour la vidéosurveillance et la priorité accordée à certaines activités: hôtellerie, transports publics, grande distribution, centres d’appel… (Voir illustration).
    Premier constat, 75% des structures contrôlées (30) «n’ont pas notifié le traitement» des données touchant la vie privée à la Commission.
    Plusieurs infractions ont été relevées concernant la vidéosurveillance: absence d’affiche sur le site informant sur l’existence de caméras, insuffisance des mesures de sécurité relatives aux enregistrements, durée de conservation excessive des enregistrements et atteinte à la vie privée du voisinage, des salariés, des passants…
    Quant à la prospection commerciale, le caractère déloyal des informations contenues dans les bases de données interpelle. Il existe un marché noir où sont vendus des fichiers regroupant des milliers de contacts. Il est évident que les informations collectées le sont à l’insu des personnes ciblées par les SMS publicitaires et le mailing surtout.  
    Les dispositifs biométriques sont loin d’êtres légaux. C’est une atteinte caractérisé à la vie privée des salariés: l’empreinte digitale est une donnée personnelle au même titre que la voix ou le nom, le groupe sanguin d’une personne…
    Faiçal FAQUIHI

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc