×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Un nouvel acteur dans le recyclage

    Par L'Economiste | Edition N°:4508 Le 20/04/2015 | Partager
    Sumilon Eco PET spécialisée dans la refonte des bouteilles en plastique
    Un investissement de 200 millions de DH
    L’entreprise installée à Tanger Automotive City

    Sumilon entend récupérer les vieilles bouteilles, les broyer et fabriquer des préformes pour ses clients. Compactées et travaillées sous forme d’éprouvettes, ces préformes, destinées à l’export, devront être ‘gonflées’ à l’air chaud pour retrouver leur forme finale sur la chaîne d’embouteillage
     

    Récupérer et recycler les bouteilles en plastique PET, tel est l’objectif recherché par Sumilon Eco PET, une entreprise d’origine indienne qui s’est installée à la Tanger Automotive City.
    Actuellement, l’usine est en cours de construction et elle devrait entrer en fonction dans trois mois, selon Rajneesh Mittal, son PDG. L’investissement consenti avoisine les 20 millions d’euros, soit environ 200 millions de dirhams et le nombre d’emplois directs prévus devra atteindre la centaine. Sumilon Eco PET n’entend pas trop attendre avant d’atteindre sa vitesse de croisière, «nous devrons atteindre notre capacité nominale après six mois de fonction», assure son patron. Elle compte fabriquer près de 18.000 tonnes de bouteilles en PET avec comme intrant, le plastique de bouteilles usagées broyées et refondues. Les bouteilles sont fabriquées sous forme de préformes, de petits flacons de la forme d’une éprouvette qui sont envoyés directement chez l’utilisateur final. Ce dernier procède ensuite à leur mise en forme finale en y injectant directement de l’air chaud.
    Sumilon compte vendre essentiellement sa production à l’étranger. Elle dispose déjà d’un portefeuille de clients en Europe et aux Etats-Unis, ses produits ayant été certifiés par diverses agences internationales comme la FDA américaine et la EFSA européenne.
    La matière première avec laquelle devra travailler Sumilon ce sont les bouteilles usagées de PET. «Nous estimons qu’au Maroc, le potentiel de PET est d’environ 40.000 tonnes de bouteilles usagées par an» affirme Mittal. Ce dernier compte se baser sur un réseau informel de fournisseurs qui rapporteront les bouteilles usagées, ces dernières seront traitées, recyclées et refondues en préformes dans les installations de Sumilon à Tanger. «Nous avons déjà démarré le travail de recrutement de ces intermédiaires qui seront formés et encadrés par Sumilon» explique encore Mittal. Ces personnes seront en charge de la récupération et n’auront besoin d’aucun investissement particulier, note le responsable de Sumilon. Afin de les encourager, ils seront payés au jour le jour. Les équipes ont déjà commencé à se former dans diverses villes comme Casablanca, Rabat ou d’autres villes. «Notre objectif est d’assurer la transformation de ce matériau ici au Maroc et tout en recherchant à rentabiliser notre  investissement, nous espérons aider le pays dans l’élimination et la valorisation des déchets» assure Mittal. En plus, ce sont pas moins de 500 personnes qui devraient être employées de manière indirecte dans le réseau de collecte.
    «La stabilité du Maroc nous a largement rassurés sur la rentabilité et l’avenir de notre projet en nous offrant une grande visibilité sur le futur», avoue Mittal. Ce dernier assure avoir d’autres idées de projets en tête, surtout dans le domaine de la pétrochimie, «d’autres investissements ne devraient pas tarder à suivre» annonce-t-il sur un ton optimiste.
    Ali ABJIOU
     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc