×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

L’Université de Rabat dotée d’une clinique de droit

Par L'Economiste | Edition N°:4508 Le 20/04/2015 | Partager
Une première nationale en partenariat avec l’Université de Bordeaux
Une structure de recherche tournée vers son environnement social
Le HCR demandeur de l’expertise de ce centre

Les responsables de l’Université Mohammed V de Rabat et leurs partenaires de l’Université de Bordeaux ont rencontré, la semaine dernière, Fathallah Sijilmassi, qui a promis d’accorder à cette clinique le label de l’Union pour la Méditerranée

Favoriser une meilleure implication des chercheurs dans la résolution des problèmes de leur environnement via des recherches appliquées. C’est l’objectif de la clinique de droit, inaugurée vendredi dernier à la faculté des sciences juridiques et sociales Agdal à Rabat. Une première au niveau national, mise en place en partenariat avec l’Université de Bordeaux, qui avait lancé sa clinique en 2013, et l’association Ribat Al Fath. Il s’agit d’un «édifice innovant de formation, qui permettra de rehausser le niveau de l’offre de formation et d’insertion des lauréats de l’université», a souligné El Habib Edaqqaq, doyen de la faculté de droit d’Agdal. C’est aussi un moyen pour «renforcer l’excellence dans le domaine du droit, en favorisant l’accueil des meilleurs étudiants comme cela est le cas pour d’autres disciplines scientifiques», a estimé Lahcen Daoudi, ministre de l’Enseignement supérieur. Surtout que la mise en place de cette clinique de droit «répond à une logique de renouvellement des méthodes d’enseignement», a avancé Ilham Hamdaï, professeur universitaire et responsable de cette structure. Pour le doyen de la faculté d’Agdal, «ce projet s’inscrit dans le cadre de la volonté d’ouvrir cet espace de formation sur son environnement».
Globalement, en mettant en place cette clinique du droit, «le pays s’aligne sur une pratique internationale dont les origines remontent au mouvement des droits civiques aux Etats-Unis», a rappelé le président de l’Université Mohammed V de Rabat. L’objectif de cette structure est de «connecter le droit à la société», a-t-il ajouté. Concrètement, «il s’agit d’une expérience pédagogique qui a des implications pratiques, avec un bonus d’utilité sociale», a-t-il indiqué. Même son de cloche chez Manuel Tunon de Lara, président de l’Université de Bordeaux, qui a mis l’accent sur l’importance de «transmettre le fruit de la recherche à l’environnement social». L’idée est de pousser l’université à «jouer un rôle plus dynamique vis-à-vis des citoyens et des entreprises», a-t-il noté. D’ailleurs, certains organismes sont demandeurs. Par exemple, Ilham Hamdaï a fait savoir que «les recherches de la clinique vont profiter aux femmes bénéficiant de cours d’alphabétisation parrainés par l’association Ribat Al Fath». Idem pour le Haut commissariat aux réfugiés (HCR), qui a sollicité la «clinique pour faire bénéficier les demandeurs d’asile de l’expertise de ce centre de recherche», a-t-elle indiqué.
M. A. M   
 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc