×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    RDV de Casablanca de l’assurance: Les défis de la digitalisation

    Par L'Economiste | Edition N°:4506 Le 16/04/2015 | Partager
    Reconfiguration de l'activité en vue
    La technologie imprime son rythme, les nouveaux pouvoirs du consommateur aussi
    Adapter le métier et les organisations

    La migration vers le digital pourrait être le principal levier de développement du secteur des assurances à l’avenir. «Ceux qui resteront en marge de cette évolution risqueront de disparaître», prévient d’emblée Mohamed Hassan Bensalah, président de la Fédération marocaine des sociétés d’assurances et de réassurance (FMSAR). La révolution numérique était au coeur de la 2e édition des rendez-vous de Casablanca de l’assurance (15 et 16 avril). Pour le continent africain, lequel reste spécialement marqué par un faible taux de pénétration de l’assurance, les nouvelles technologies représentent donc une véritable opportunité pour accélérer le développement du marché. L’utilisation croissante d’internet, du mobile ou encore des réseaux sociaux octroie plus de pouvoir aux consommateurs, favorisant par ricochet l’émergence d’une clientèle exigeante et avertie. «Le besoin couvert par l’assurance va perdurer, ce qui va changer c’est la manière de le faire», explique  Djamel Souami, directeur associé de Wide Agency. D’ores et déjà, les opérateurs s’attendent à ce que la digitalisation de l’activité favorise, à terme, l’émergence de nouveaux canaux de distribution, attise la concurrence ou encore contribue à la volatilité du portefeuille. Quant à la différenciation, elle se jouera au niveau du prix, de la marque, de la réputation et de la qualité de service. «Toute une série de services peuvent être créés dans l’avant-vente et l’après-vente», soutient Carlo D’Asaro Biondo, président des relations stratégiques de l’Europe, Moyen-Orient et de l’Afrique de Google. Pour le représentant du géant de l’internet, l’assurance est une activité en transformation. D’Asaro Biondo s’est voulu très rassurant en martelant que, «le processus n’implique pas forcément la disparition de la partie physique, celle-ci est juste redéployée là où elle peut créer de la valeur». La digitalisation interpelle avant tout la question du business model, là aussi difficilement trouvable, du moins pour les acteurs historiques. Petit à petit, les règles du jeu changent avec des impératifs d’offre qui doivent allier adaptabilité, ergonomie ou encore gain de temps pour l’usager, favorisées par l’exploitation des données de masse (Big Data) et l’analyse prédictive (Analytics). «Le consommateur n’est plus passif par rapport aux offres qu’on lui propose, il est devenu un consommateur-acteur. Ces mutations doivent nous pousser à être en avance et ne pas se faire dépasser. Il ne faut pas hésiter à se réinventer!» affirme Jeremy Garamond, fondateur de AssurOne. L'entreprise est un courtier d’assurance pour les particuliers, créée en 2004, misant sur le tout digital. La migration vers le digital n’est pas qu’une question d’investissement dans l’outil technologique. Entre autres défis, le «saut» suppose également que les organisations s’y plient. Une dynamique qui dépend entièrement des managements des différents opérateurs du secteur, qui se doivent d’appuyer en interne ce changement de paradigme. Pour le volet RH, la bonne nouvelle est que la migration vers le digital doit intensifier les besoins en recrutement de profils spécifiques. Un changement qui se justifie par le besoin à venir des entreprises en application à développer, en experts en codage ou encore en spécialistes en cybersécurité pour sécuriser le paiement en ligne et les informations personnelles des clients (RIB, certificat médical, résultats d’analyse, constat automobile…).
    Amine ATER         
     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc