×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Société

    Marathon des sables: 30 ans de sport extrême!

    Par L'Economiste | Edition N°:4499 Le 07/04/2015 | Partager
    250 km de sueur à travers le Sahara
    Rachid El Morabity remporte les deux premières étapes

    Le Marathon des sables fête son 30e anniversaire

    Sous un soleil à faire pâlir les plus téméraires, la deuxième étape du Marathon des sables fait rage dans le Sahara marocain. Cette épreuve qui, de part ces conditions extrêmes, est sans nul doute, l’une des compétitions les plus difficiles au monde! Aujourd’hui, les quelque 1330 coureurs (dont 157 femmes) ont parcouru 31,1 km dans des conditions hors du commun traversant terrains sablonneux, dunes et crêtes  pour atteindre Jebel El Otfal. Après 2h32min et 23 secondes de course, l’épreuve a de nouveau été remportée par Rachid El Morabity. Côté féminin, c’est aussi la Suédoise Elisabeth Barnes qui décroche la première place en 3h27min et 6 secondes pour la deuxième journée consécutive.
    Initié il y a exactement 30 ans par le Français Patrick Bauer, le marathon est aujourd’hui l’une des étapes incontournables  pour les grands sportifs comme pour les amateurs dans le domaine des sports extrêmes. Pour sa 30e édition, les concurrents originaires de 50 pays étaient présents sur la ligne de départ ce dimanche 5 avril à Ouarzazate.  Cette étape inaugurale a été remportée, chez les hommes, par le Marocain Rachid El Morabity, qui l’a décroché en un temps record de 2h52. Chez les femmes, c’est la Suédoise Elisabeth Barnes qui a remporté la première étape après 3h45. Au programme, ce ne sont pas moins de 250 km, en allure libre, qui seront parcourus en 6 étapes (dont l’étape Solidarité Unicef), chacune variant de 30 à 92 km. Les coureurs, en autosuffisance alimentaires totale, devront apprivoiser les obstacles du désert marocain accompagnés d’un sac à dos contenant nourriture et matériel. L’opportunité pour ces hommes et femmes de défier, une nouvelle fois, la rudesse de dame nature. Mais cette épreuve est aussi l’occasion de souligner la diversité et la richesse des sites parcourus, comme les lacs asséchés, les Jebels, les dunes et les Ergs.
    Parler du marathon des sables sans citer Lahcen Ahansal, c’est un peu comme parler du Tour de France sans parler de Lance Armstrong et d’Eddy Merckx. En effet, spécialiste de l’épreuve, cette star de la course à pied compte pas moins de 10 victoires à son actif entre 1997 et 2007. Mais ce n’est pas tout. Il semblerait que le MDS soit une histoire de famille chez les Ahansal. En effet, son frère cadet, Mohammed est aussi un habitué des médailles puisqu’il compte, à lui seul, déjà 5 victoires à son palmarès. En lice cette année, il est avec Rachid El Morabity (vainqueur de la première étape),  François D’Haene (grand gagnant de l’Ultra Trail World tour 2014) en «compète» pour le haut du podium. Sans oublier les outsiders Danny Kendall (Angleterre), Carlos Sa (Portugal), Antoine Guillon ou encore Christophe Le Saux (France) qui prétendront aussi à la première place. La bataille sera rude...«Only time will tell»!
    En ces temps troubles, marqués par les tensions et le terrorisme,  le MDS est une belle vitrine pour le Maroc. En effet,  les coureurs viennent des quatre coins du monde concourir cette compétition. Notons également que le MDS soutient plusieurs causes humanitaires telles MSF, Solidarité enfants infirmité motrice cérébrale, Unicef...

    Q. D.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc