×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Hub Africa
    L’investissement se tourne vers les PME

    Par L'Economiste | Edition N°:4498 Le 06/04/2015 | Partager
    L’accès au financement au centre des préoccupations
    La croissance africaine se fera par les PME/ETI

    Pour sa 3e édition, Hub Africa est allé vers le concret: l’investissement

    LES petites et moyennes entreprises feront l’essentiel de la croissance du continent. Encore faut-il que l’accès aux investissements privés ainsi qu’aux financements bancaires et un climat des affaires favorable leur soient assurés. C’est en substance l’un des messages à retenir de la 3e édition de Hub Africa, le salon des entrepreneurs et investisseurs d’Afrique. Les rideaux sont tombés vendredi 3 avril sur cet évènement de l’entreprise africaine. Il a été organisé par NGE Impact, en partenariat avec le Centre des jeunes dirigeants (CJD) et le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération.  Placée sous la thématique «Croire en l’Afrique, investir en Afrique», la manifestation a été organisée en 2 jours de travaux, d’échanges et de rencontres BtoB entre entrepreneurs, jeunes porteurs de projets, institutionnels et organismes de financement. Des ateliers de formation, une présentation des dernières solutions pour les entrepreneurs, des séances de consulting pour acquérir les compétences et réflexes et des entrepreneurs ayant réussi étaient aussi au programme. Selon les organisateurs, «plus de 10.000 visiteurs de 20 pays se sont réunis autour du thème de la co-localisation triangulaire, levier de développement Nord-Sud».  L’objectif est de créer ce lien entre investisseurs et innovateurs afin de favoriser l’esprit d’entrepreneuriat. «Une meilleure connaissance du terrain permettrait la découverte de secteurs clés en pleine expansion, ainsi que l’exploitation des réformes mises en place par de nombreux pays africains afin de faciliter la pénétration de marchés, d’attirer l’investissement étranger et de renforcer la solidité des entreprises africaines locales», explique-t-on auprès des organisateurs.
    Tout cela se place dans un contexte marqué par une importante dynamique économique. La croissance africaine est depuis plus d’une décennie sur un rythme annuel moyen de 5%. Le continent talonne l’Asie et devance l’Europe en termes de dynamique de croissance. En 2014, la croissance africaine a dépassé la barre des 6%, contre 5,3% en 2013, selon les projections les plus actualisées des organismes internationaux. En dépit de ce potentiel, le continent ne représente pas plus de 2% des échanges internationaux. L’Afrique est aussi l’un des continents avec le plus de possibilités financières. C’est cette région qui épargne le plus après l’Asie, avec des réserves de change estimées à 500 milliards de dollars. Côté finances de marché, la capitalisation boursière globale a été multipliée par neuf sur les deux dernières décennies. 2.000 entreprises sont aujourd’hui cotées sur les principales places financières du continent.

    Safall FALL

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc