×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Méditel au Club de L’Economiste
    La croissance est de retour

    Par L'Economiste | Edition N°:4498 Le 06/04/2015 | Partager
    Le chiffre d’affaires en hausse de 7%
    L’ARPU en baisse, mais soutenu par la Data
    Orange monte cette année à 49% dans le capital

     Michel Paulin est confiant sur le maintien de la rentabilité de l’opérateur en 2015

    Les fondamentaux reviennent au vert chez Méditel. Le deuxième opérateur du marché a bouclé l’année 2014 avec un chiffre d’affaires en croissance de 6,9% et un parc clients qui dépasse la barre des 16 millions. Invité du Club de L’Economiste, Michel Paulin, directeur général de Méditel, analyse les résultats de l’entreprise et se projette sur les grandes tendances de l’activité en 2015. «Nous relevons un retour à la croissance sur les indicateurs opérationnels les plus importants. Notre ambition est de maintenir ce trend en 2015», annonce Paulin. Dans le détail des comptes du CPC, l’opérateur a surtout performé sur son résultat d'exploitation avec une progression exceptionnelle de 88%. Cela n’a pourtant pas évité un résultat net négatif (à -54 millions de DH), impacté par «la clôture d'une procédure de vérification fiscale avec la Direction des Impôts mais surtout à l'amortissement du programme d'investissements qu'on a lancé en 2013», explique le manager.
    Par ailleurs, si l’activité est globalement restée positive, les dépenses de communication restent sur une tendance à la contraction. «L’ARPU (revenu moyen par utilisateur) a légèrement baissé, mais il faut savoir qu’il y a une forte transformation de la composante de cet indicateur», relativise Michel Paulin. Pour sa part, «l’ARPU Voix a reculé au profit de l’ARPU Data. Il a été multiplié par 2 en un an», précise le top manager de Méditel. La data tend en effet à supplanter la voix dans les usages mais aussi dans la composition des revenus du secteur. Pour corroborer cette tendance lourde sur les données, le trafic généré par l’offre recharge 25 DH «Koulchi (Voix et Data)», lancé récemment par l’opérateur, a été multiplié par 16 en une année. Cela montre l’appétence très forte des utilisateurs pour les données (WhatsApp, Facebook, YouTube…)», résume le management. L’opérateur compte justement poursuivre ses efforts d’investissement (7 milliards de DH sur les 5 prochaines années) pour accompagner cette montée en puissance de la data, laquelle devrait s’accélérer avec l’arrivée de la 4G.
    Pour Méditel, le timing ne pouvait pas être mieux choisi pour se placer sous de meilleurs auspices financiers. 2015 devrait en effet coïncider avec la montée dans le capital de l’actionnaire majoritaire, Orange, dans le cadre de l’accord d’acquisition conclu en 2010. Les négociations sont déjà en cours. Le géant français des télécoms devrait ainsi passer de 40 à 49% dans le capital de Méditel. «Entre 2010 et 2015, un certain nombre de choses ont changé, ne serait ce qu’avec l’arrivée de la 4G. Nous avons prouvé que nous sommes capables de faire de la croissance et nous comptons maintenir notre plan de marche», commente le DG de Méditel. En attendant que tout cela se confirme, l’opérateur souhaite muscler son activité. Pour Michel Paulin, «la croissance sera bonne à prendre sur tous les segments». Sur celui du fixe, en l’occurrence, l’opérateur compte continuer à investir sur le fixe-fibre et mise surtout sur les effets du dégroupage. Cette décision va permettre de développer les segments du fixe et de l’ADSL. Certes, cela va être compliqué, techniquement et réglementairement, mais c’est un moyen pour booster le secteur», nuance-t-il. Pour le moment, l’opérateur capitalise sur les segments résidentiel et professionnel pour soutenir son activité sur ce créneau. Si les offres sont de plus en plus étoffées sur le premier (Casablanca Green Town), le second fait encore 20 à 25% du chiffre d’affaires (banques et institutions publiques).

    La bataille se fera sur le «P» du prix

    L’arrivée prochaine de la 4G devrait exacerber la guerre déjà très intense aux parts de marché. Chez Méditel, la tendance à la baisse des prix devrait a priori se maintenir en 2015 et sur les années à venir. L’opérateur table sur une élasticité du rapport entre baisse des prix de la minute de communication et hausse du volume de consommation. L’enjeu est surtout d’agir sur le comportement du consommateur, «en l’orientant progressivement, en déclinaison marché, vers une démocratisation du post-payé qui représente à peine 5% du marché», selon Michel Paulin. La multiplication du concept «Offres sans engagement», dont l’opérateur revendique la première introduction sur le marché, devrait favoriser cette tendance. Sur la Data, l’opérateur estime que la création de contenu devrait aller de pair avec l’évolution du segment. Méditel ne cache pas non plus son intérêt pour l’ère de la télévision connectée.

    Safall FALL

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc