×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    La page Comarit définitivement tournée

    Par L'Economiste | Edition N°:4471 Le 26/02/2015 | Partager
    Les licences ont commencé à être distribuées aux sociétés sélectionnées
    Naveline, en train de mettre en place ses équipes, est la première à être servie
    Redfish et Intershipping devraient suivre

    Mieux vaut tard que jamais. Les premières licences pour l’exploitation du trafic maritime entre l’Espagne et le Maroc ont commencé à être distribuées, selon des sources portuaires. La première à avoir été servie est la société marocaine Naveline. Cette dernière a déjà eu son autorisation le 28 janvier dernier. Elle a reçu le OK pour exploiter deux bateaux sur les lignes TangerMed-Algésiras pour une période de dix ans. Actuellement, la société est en train de recruter des matelots et de chercher des bateaux pour démarrer son activité dans les prochaines semaines. D’autres sociétés devraient suivre, c’est le cas de Redfish, une filiale de FRS Maroc, et d’Intershipping. Ces deux sociétés, déjà en activité, devraient profiter chacune d’une licence pour l’exploitation de lignes entre les deux rives du Détroit. L’annonce officielle devrait d’ailleurs intervenir lors des prochains jours, les sociétés sélectionnées ont déjà signé les cahiers de charges respectifs dernièrement à Rabat. Il s’agit là des premières indiscrétions avant l’annonce des résultats du deuxième appel à manifestation d’intérêt dédié aux opérateurs nationaux lancé par le ministère de l’Equipement en mai dernier et dont l’ouverture des plis était prévue pour le 23 juin 2014. Il a été lancé suite à un autre qui avait été déclaré infructueux en 2013.
    L’objectif est pourtant simple, remplir le vide laissé par les navires du groupe Comarit-Comanav et ne pas trop dépendre des compagnies du voisin ibérique.
    Le premier appel d’offres était divisé en lignes en partance des différents ports marocains comme celui de Tanger-Med, de Nador, d’Al Hoceima et même d’Agadir, Laayoune ou Tarfaya. Cette fois, l’appel à manifestation joue la flexibilité et tout opérateur intéressé pourra soumissionner à une ou plusieurs lignes et même proposer d’autres, le cas échéant.
    Lors du précédent appel, seule la ligne Tanger-ville-Tarifa-Gibraltar avait été attribuée à la société Intershipping.
    Dans le cadre des autres lignes, aucune compagnie maritime n’avait été retenue. C’est le cas des lignes connectant Tanger Med-Algésiras-Gibraltar et Nador-Alméria, Nador-Motril ou Malaga, Al Hoceima-Mortil ou Malaga.
    D’autre part, aucune offre n’avait été déposée pour le lot 2 qui comprend les lignes longues distances Tanger Med-Sète, Tanger Med-Barcelone-Gênes ou Livourne, Nador-Sète et le lot 5 avec les lignes Agadir-Îles Canaries, Tarfaya- Îles Canaries et Laayoune-Îles Canaries. Ce qui montre le peu d’intérêt des professionnels pour les lignes maritimes de longue distance, fortement frappées par la concurrence de l’aérien. D’où la flexibilité du deuxième appel à manifestation pour la suggestion de nouvelles lignes.
    Selon plusieurs opérateurs, le Ministère avait fait preuve de sagesse sur ce dossier en prêtant une oreille attentive à la demande des professionnels du secteur. Pour les opérateurs, le choix de l’organisation de l’appel en lots incluant lignes rentables et d’autres à lancer n’était pas très attractif. Mais le ministère n’a pas eu de remords à refaire sa copie et à revoir les termes de l’appel à manifestation d’intérêt. Ce dernier a écarté diverses lignes dont celle du Portugal pour se concentrer sur les lignes qui relient le Maroc à l’Espagne, la France et l’Italie. Une révision qui commence à porter ses fruits.

    De nouvelles connexions pour Tanger-Med

    TANGER-MED voit son réseau «marchandises» s’étoffer de jour en jour. La dernière connexion en date est celle devant relier le complexe portuaire du nord au terminal fluvial de Grand-Couronne dans la ville de Rouen. La ville est traversée par la Seine et est considérée comme l’un des débouchés naturels de la région parisienne vers l’Atlantique. La connexion est assurée par le groupe CMA CGM/Delmas dans le cadre du service Dunkrus Express. Elle est assurée par trois porte-conteneurs, des ‘feeders’ de 1.300 conteneurs de capacité chacun. Elle effectue un départ chaque week-end directement à destination de Tanger-Med. Ce dernier sert en effet de hub au groupe français où il connectera Rouen avec les différentes liaisons régulières de CMA CGM, vers le reste du monde et en particulier vers l’Afrique.

    Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc