×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Brainstorming sur la compétitivité portuaire

    Par L'Economiste | Edition N°:4471 Le 26/02/2015 | Partager
    2e forum du secteur maritime à Casablanca
    Le Maroc vend sa stratégie portuaire

    Le ministère du Transport a l’ambition  d’accompagner les différents plans sectoriels. A cet effet, il a mis en place une stratégie de construction et d’extension de nombreux ports. L’objectif est de renforcer le trafic sur les deux façades maritimes

    En moins de six mois, le Maroc abrite la 2e édition du forum de Port Finance International. «Ce qui illustre l’intérêt porté par les acteurs de la communauté maritime, à l’infrastructure portuaire marocaine», commente Nadia Laraki, DG de l’Agence nationale des ports(ANP). Surtout que le pays est en passe de déployer une stratégie portuaire portant sur la construction et l’extension de nombreux ports. De plus, il vient de lancer une étude pour élaborer une stratégie maritime ciblant la réhabilitation du pavillon national. Pour Laraki, qui a présenté le mot du ministre Aziz Rebbah  (absent pour raison d’agenda), ce rendez-vous est un lieu d’échange sur les enjeux et les bonnes pratiques pour améliorer la compétitivité de l’outil portuaire». Et c’est le thème central du forum. Si bien que la question requiert plusieurs facettes eu égard aux spécificités des ports qui constituent aussi des structures complexes marquées par une diversité d’intervenants aux intérêts souvent divergents. Le transport maritime connaît des mutations profondes qui impactent directement l’activité des ports. Ces changements sont illustrés par le transit de bateaux géants, la montée de la manutention automatisée et l’essor croissant du conteneur et du transport multimodal. Le tout, s’accompagne du phénomène de méga-alliances des opérateurs maritimes.
    Dans ce contexte mondialisé et hautement capitalistique, le Maroc mise sur le partenariat public-privé qu’il envisage de déployer en faveur de ses stratégies portuaire et logistique. D’où également l’intérêt des deux autres thèmes inscrits à l’ordre du jour.Le forum qui s’étalait sur deux jours, les 25 et 26 février a fait une large place aux partenariats entre les compagnies maritimes et les ports. Ceci, en liaison avec l’expérience marocaine qui vise la régionalisation de certains trafics maritimes à l’import et à l’export. L’autre thème a trait à la gestion des risques dans l’enceinte portuaire. La question est comment transformer la gestion de la sécurité en opportunités d’affaires. En somme, le forum réunit les autorités portuaires, les gestionnaires des  terminaux, les banques et sociétés d’investissements, les cabinets d’avocats, de  consultants en ingénierie ainsi que des entreprises de logistique. L’évènement se veut une plateforme d’échange des expertises à l’international mais aussi une occasion pour les leaders d’anticiper leurs business plans. C’est l’objet de la deuxième journée baptisée «diplomatie maritime». Un thème consacré aux tendances à court thème qui s’offrent au secteur du transport maritime dans cette conjoncture marquée par l’effondrement des cours du fret des marchandises en vrac.
    A. G.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc