×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Artisanat dans le nord
    Le coup de pouce espagnol

    Par L'Economiste | Edition N°:4459 Le 10/02/2015 | Partager
    50 millions de dirhams pour le développement du secteur
    Une part importante du financement est issue de la coopération espagnole

    La coopération permettra d’assurer un appui direct aux artisans et entreprises d’artisanat au niveau de la production, la promotion et la commercialisation

    Une attention particulière pour l’artisanat dans les provinces du nord. Un programme de développement de ce secteur vient d’être lancé dans les régions de Tanger-Tétouan et Al Hoceïma-Taza-Taounate dont le montant atteint les 50 millions de dirhams. Le gros du financement sera à la charge de l’Agence de coopération espagnole (Aecid) avec 33 millions de dirhams, le ministère de l’Artisanat avec 12 millions de dirhams et l’Agence du nord avec 5 millions de dirhams. La signature du protocole d’accord a eu lieu en marge de l’inauguration d’une foire de l’artisanat à Tanger ce week-end et a compté avec la présence de la ministre de tutelle du secteur, Fatima Marouan, et le secrétaire d’Etat espagnol à la Coopération, Gonzalo Robles.
    Ce programme intervient à la suite du protocole d’accord signé entre le ministère et l’Aecid en 2006. Il vise l’appui de la mise en oeuvre de la stratégie de développement de l’artisanat marocain dans les régions du nord du Royaume. Il a pour ambition d’assurer un appui direct aux artisans et entreprises d’artisanat au niveau de la production, la promotion et la commercialisation. Le programme assure aussi, selon la ministre, une attention particulière à la sauvegarde du patrimoine artisanal régional. Il a déjà été précédé en 2007 par quelques projets pilotes.
    Pour Marouan, ce programme rentre dans le cadre des efforts entamés pour aider à l’épanouissement de ce secteur. Il est dans la lignée du contrat-programme Vision 2015 destiné à développer le secteur de l’artisanat au niveau du pays. Le document fut signé à Rabat en présence du Roi en 2007. Il prévoit de doubler le chiffre d’affaires du secteur pour atteindre les 24 milliards de dirhams et de multiplier par dix les exportations formelles et dépasser la barre des 7 milliards de dirhams à l’horizon 2017.
    Pour la partie espagnole, ce programme est l’une des premières déclinaisons sur le terrain de l’accord de coopération signé en marge de la dernière commission mixte tenue en juin dernier à Rabat. Il a débouché sur l’ouverture d’une ligne de financement de 150 millions d’euros pour le Maroc sur les trois prochaines années.
    En vertu de cet accord, la Coopération espagnole appuiera les efforts du Maroc pour atteindre une croissance économique inclusive et durable. L’objectif est le soutien des secteurs productifs, la création d’emplois et les opportunités d’affaires ainsi que le développement du tissu économique local à travers l’appui aux PME et à l’Économie sociale et solidaire.
    La coopération espagnole s’engage par ailleurs à explorer de nouvelles opportunités de partenariats public-privé avec les entreprises espagnoles présentes au Maroc. La coopération espagnole, dans ce cadre, vise les secteurs de la gouvernance (société civile, décentralisation, justice, égalité des sexes et protection de l’enfance), les services sociaux de base (santé et éducation) et la croissance économique (emploi et PME).
    Il est à noter que les programmes de coopération cibleront prioritairement les régions de Tanger-Tétouan en premier, Taza-Al Hoceïma-Taounate, l’Oriental, le Grand Casablanca et les provinces côtières de la région Souss-Massa-Draâ.

    Tournée

    Le secrétaire d’Etat espagnol à la Coopération, Gonzalo Robles, a aussi visité d’autres projets au nord où la coopération espagnole est présente. C’est le cas de l’Institut national de l’action sociale à Tanger, d’un centre de santé maternelle et infantile et d’une école des métiers à Tétouan ainsi qu’un projet d’appui aux travailleuses de la fraise à Larache. Un éventail de projets qui donne une idée des cibles prioritaires que la coopération espagnole poursuit au Maroc: gouvernance, services sociaux et croissance économique...

    De notre correspondant, Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc