×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Ventes automobiles
    Un démarrage à deux vitesses

    Par L'Economiste | Edition N°:4459 Le 10/02/2015 | Partager
    Les segments premium et luxe repartent à la hausse
    Le monté local et l’utilitaire en baisse de régime

    Avec 8.396 immatriculations pour les véhicules de tourisme, les ventes de voitures neuves ont connu une hausse de près de 2%. En même temps, le monté local (CKD) peine à décoller

    Bilan mitigé pour les ventes automobiles lors du premier mois de l’année. En effet, les ventes de véhicules enregistrent de la croissance (4%) en janvier sur le CBU (importé monté).  En même temps, elles accusent une contre-performance de 10% sur le CKD (monté localement). A en croire les dernières statistiques de l’Association des importateurs de véhicules automobiles montés (Aivam), le mois de janvier dernier aura enregistré un total de 9.289 immatriculations dont 8.396 véhicules de tourisme. Sur ce rayon, la croissance est de retour (2%). De l’avis d’opérateurs, cette tendance positive s’explique surtout par l’effet baisse du carburant (gasoil et essence sans plomb). Les baisses successives à la pompe ont atteint des proportions inattendues (7.88 DH le litre pour le gasoil et 8,91 DH/le litre pour le sans plomb). Le prix du litre de l’essence n’a pas été si bon marché depuis une quinzaine d’années (début 2000). Ce qui a favorisé les intentions d’acquisitions de nouvelles voitures auprès des ménages.
    Ce regain d’intérêt pour le neuf s’explique également par des reports d’achats contractés fin 2014. Les différentes promotions et remises de fin d’année, l’effet marketing agressif ou encore les efforts déployés sur le financement… ont plaidé en faveur de l’achat fin 2014 pour une mise en circulation début 2015. Ce qui a surtout profité aux segments Premium et Luxe. A titre d’exemple, BMW a pu écouler 183 unités contre 88 pendant la même période en 2014, ce qui représente une variation de 107,95%. Audi n’est pas en reste, avec une variation positive de 88,75%. CAC a pu commercialiser 151 voitures en janvier dernier contre 80 lors de la même période de l’exercice précédent. Avec 175 unités écoulées en janvier, Mercedes assure un bon démarrage commercial avec une variation positive  de 78%. De son côté Jeep (Groupe Fiat) a écoulé 92 véhicules contre 23 lors de la même période en 2014, soit une variation record de 300%!  Jaguar renoue aussi avec la performance, avec une variation de près de 67%.  Au niveau du luxe, 2015 s’annonce prometteuse. En témoignent les 9 unités vendues en l’espace d’un mois par Porsche, contre un seul modèle lors de la même période en 2014. Porsche s’assure une variation exponentielle de 800% !
    Sur le registre de l’entrée de gamme, Dacia maintient son niveau de ventes avec 1.214 véhicules écoulés contre 1.020 lors de la même période en 2014. Ce qui représente une variation de 19% pour la filiale de Renault. La marque au losange enregistre 12,78% de variation poussée par les 856 unités écoulées en janvier.
    Sur le même segment, Citroën accuse une baisse d’un peu plus de 10% avec 347 unités commercialisées en début d’année contre 389 lors de la même période de l’exercice précédent. Même scénario du côté de Volkswagen, qui enregistre une variation négative de 10,19% avec 467 unités écoulées, contre 520 il y a un an. Le segment des utilitaires enregistre aussi une baisse de 16%, avec à peine 893 nouvelles immatriculations. Seuls Fiat, Dacia et Mercedes tirent leur épingle du jeu avec des variations  respectives de 88, 28 et 42%.
    A.At

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc