×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Rétrospective 2014

Relance économique: Bank Al-Maghrib sonne la mobilisation

Par L'Economiste | Edition N°:4432 Le 31/12/2014 | Partager

C'est un fait rare. En baissant successivement son taux directeur en septembre et en décembre pour le ramener à 2,5%,

La baisse du taux directeur a en partie contribué à l'amélioration du coût de financement sur le marché obligataire. Les levées sur le compartiment se sont rapprochées du pic enregistré en 2010. Il reste qu'il faut l'entrée de nouveaux émetteurs sur le marché pour donner du sens au mouvement observé depuis le début du second semestre 2014

Bank Al Maghrib lance un signal fort au marché pour soutenir la reprise économique. Le geste de BAM vise à encourager les banques à desserrer le robinet du crédit en réduisant le coût de leur refinancement en monnaie centrale. C’est une mesure pour stimuler la consommation privée. L’inflation qui flirte à des niveaux très bas (0,4 % en moyenne en 2014) est nettement en dessous des niveaux jugés acceptables. Une évolution de l’ordre de 2% des prix serait le scénario idéal pour Bank Al Maghrib. En 2015, la hausse des prix ne devrait pas dépasser 1,2% en moyenne selon les anticipations. Une nouvelle baisse du taux directeur n’est pas exclue si les prix restent atones. Cette hypothèse va

Après un an de silence, la cloche a de nouveau retentit à la Bourse de Casablanca pour l’introduction de Résidences Dar Saada. La société immobilière fait son entrée sur le marché, pendant qu’une autre, CGI va faire son chemin inverse.

améliorer le coût de financement des entreprises, mais elle n’est pas profitable longtemps. Une inflation faible trop longtemps n’encouragera pas les entreprises à investir. Pour l’heure, elle profite de l’effet de la décision de Bank Al Maghrib et de la réduction des levées du Trésor sur le marché sur les taux pour mobiliser des fonds. Elles ont mobilisé 10,7 milliards de DH en 2014 contre seulement 1,2 milliard de DH l’année précédente. Ceci étant, les banques et les compagnies immobilières ont réalisé 72% des opérations en valeur sur le compartiment. Les sociétés immobilières sont intervenues sur le marché principalement pour la restructuration de leur dette. Les émissions de

Le marché devrait enregistrer au moins une nouvelle société en 2015. Total Maroc a annoncé son introduction pour le premier trimestre. Le pétrolier a mandaté Attijari Finance Corp pour l’opération.

nouvelles entreprises donneraient plus de sens au mouvement observé depuis le second semestre. Trois primo émetteurs ont fait leur entrée sur le marché en 2014. Les conditions de financement qui devraient rester attractives en 2015 pourraient attirer d’autres sociétés. 

Opérations phares 2014

Maroc Telecom: Etisalat prend les commandes
Après plusieurs mois de négociations, Vivendi a finalisé la cession de sa participation dans Maroc Telecom (53%) à Etisalat. Le groupe français a encaissé 46,4 milliards de DH. Les synergies entre la première capitalisation du Masi et son nouvel actionnaire majoritaire n’ont pas tardé. Maroc Telecom a repris les participations de sa maison mère au Bénin, en Côte d’Ivoire, au Gabon, au Niger, au Togo et en Centrafrique pour 5,3 milliards de DH. 

Centrale Laitière: SNI cède le contrôle à Danone
Danone tient à Centrale Laitière. Après avoir déboursé 6,1 milliards de DH en 2012 pour l’acquisition de 37,8% du capital, le groupe laitier français a de nouveau misé 3 milliards de DH en novembre dernier pour 21,7% de l’actionnariat. Il porte sa participation dans la société à 90,86%.
Le renforcement dans la société colle bien avec la volonté de Danone de se  développer sur les marchés émergents où les ventes progressent plus vite que sur les marchés matures.

Cosumar: Prééminence aux marocains
Pour son désengagement de Cosumar, SNI a décidé d’accorder la prééminence aux investisseurs marocains. Elle a à cet effet céder 24,2% du capital à un consortium d’institutionnels marocains le 22 janvier. Suite à l’opération, les investisseurs institutionnels détiennent 48,9% de l’actionnariat et le singapourien Wilmar, 27,5%.
Le flottant en Bourse ressort à 14,4%. La part encore détenue par SNI (9,2%) est destinée à être cédée au marché. La holding d’investissement a déposé une offre publique de vente auprès du CDVM.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc