×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Politique

    Laenser lâche Ouzzine

    Par L'Economiste | Edition N°:4427 Le 24/12/2014 | Partager
    La responsabilité politique du ministre est établie, selon lui
    Des excuses au public, même si Ouzzine n’est pas impliqué
    Le patron du MP attend les résultats de l’enquête avant de décider

    Mohand Laenser est conscient qu’après «l’épisode du chocolat», cette affaire de Mohamed Ouzzine va impacter négativement le Mouvement populaire. Il devra faire preuve d’une forte dose d’imagination pour remonter la pente

    Le patron du Mouvement populaire Mohand Laenser a fait preuve de courage politique en allant affronter la presse au Forum de la MAP hier. Son collègue au gouvernement, Mohamed Ouzzine,  est au cœur d’une tempête déclenchée autour du stade Moulay Abdellah. Selon lui, «la responsabilité politique du ministre de la Jeunesse et des Sports est établie». Attention, il ne veut pas le charger. «Un ministre, quelle que soit sa position dans un gouvernement, est responsable politiquement des faits et gestes qui se déroulent dans son département», dit-il. Mais la sanction doit aller avec la responsabilité matérielle, si le ministre a commis une faute dans la gestion ou dans l’octroi d’un marché, indique le secrétaire général du MP.
    Dans cette affaire, sa position est on ne peut plus claire: «Nous soutenons le ministre tant que sa culpabilité n’est pas prouvée». Pour l’heure, Mohand Laenser attend les résultats de l’enquête avant de décider des suites à donner à cette affaire. Ces résultats devront tomber entre aujourd’hui et demain, sachant que le ministre de l’Intérieur était en déplacement au Gabon. Mohamed Hassad devait rentrer hier d’une mission menée sur instruction royale. Il devra donc remettre les résultats de l’enquête au chef du gouvernement. Là encore, Abdelilah Benkirane pourra se satisfaire de ces éléments fournis ou bien demander un complément d’enquête, dit-il. Donc, «nous n’allons pas nous flageller et donner l’impression d’abandonner nos responsables dès que le feu se déclenche dans la maison. Sinon, ils vont tous quitter le parti les uns après les autres. Il faut d’abord savoir ce qui s’est passé avant de prendre les décisions qui s’imposent», a-t-il rappelé. D’ailleurs, Laenser a tenu à rassurer: «Le chef du gouvernement lui a demandé de s’écarter du Mondialito. Mais le ministre a repris ses activités normales au ministère de la Jeunesse et des Sports». Mohand Laenser, qui était à l’étranger, a vu dernièrement Abdelilah Benkirane pour lui présenter ses condoléances pour la mort de sa sœur. Les deux dirigeants de la majorité ont abordé l’affaire du ministre mais sans aller jusqu’à prévoir son remplacement.
    En tout cas, Laenser est formel: «quels que soient les résultats de l’enquête, même si le ministre n’est pas impliqué, nous devons des excuses au public. Le football, qui ne peut être traité comme n’importe quel sport, est passionnel».
    De même, le ministre de l’Aménagement du territoire et de l’Urbanisme a saisi cette opportunité pour rectifier des informations ayant circulé ces derniers jours au sujet de l’interdiction de Mohamed Ouzzine du Parlement. «C’est faux. Dans la programmation des questions orales, les groupes parlementaires de la majorité et de l’opposition ont décidé de ne pas gêner l’enquête en cours. Ils ont donc décidé de les reporter», a affirmé le patron du MP.
    Sur la montée de la grogne au sein du MP et des voix qui s’élèvent pour exiger la démission du ministre de la Jeunesse et des Sports, Laenser relativise. Il soupçonne «2 ou 3 personnes qui sont derrière cette cabale. En off, ils utilisent cette affaire pour régler des problèmes personnels». D’ailleurs, l’ancien ministre de l’Intérieur compte préparer une grande réunion avec les groupes parlementaires des deux chambres, les membres du bureau politique et les ministres début janvier. «Il s’agira d’une sorte de retraite de 48 heures pour mettre tout à plat et surtout pour préparer les prochaines élections», note Mohand Laenser. Son objectif est  de reprendre la place que le MP occupait dans l’échiquier politique avant la réunification des trois formations du pôle Haraki en 2009.

    Taux de participation

    Le travail pour augmenter le taux de participation aux prochaines échéances électorales commence aujourd’hui. Dans cette préparation, la question qui devrait hanter l’ensemble de la classe politique est de savoir comment convaincre les citoyens d’aller s’inscrire sur les listes électorales, rappelle Mohand Laenser. Pour l’heure, le ministère de l’Intérieur a facilité les procédures au point de permettre aux citoyens de s’inscrire sur les listes via Internet. «Le taux d’inscription des jeunes de 18 à 25 ans ne dépasse pas 7%. Le défi est de voir comment rendre la confiance aux jeunes pour qu’ils aillent s’inscrire et voter», a dit Mohand Laenser.

    Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc