×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Conjoncture: L’investissement privé retrouve de la vigueur

    Par L'Economiste | Edition N°:4420 Le 15/12/2014 | Partager
    Les ménages: principale locomotive de ce mouvement
    Les prêts à l’équipement progressent plus vite que la croissance du PIB

    Très décorrélée de la réalité économique, la croissance des crédits s’est ajustée à l’évolution du PIB depuis trois ans.

    L’encours des prêts bancaires au secteur privé s’est accru de 4,6% en octobre. La progression des concours aux entreprises (crédit à l’équipement) laisse entrevoir une meilleure appréciation des patrons sur l’évolution de la conjoncture

    Du coup, la hausse de 6,8% des prêts à l’équipement en octobre (en glissement annuel) en dépit d’un contexte morose est bien une bonne nouvelle. L’encours n’avait progressé que de 1,2% à la même période en 2013 et reculé de 1% une année plus tôt.
    Selon les dernières statistiques du HCP, l’investissement productif s’est amélioré de 0,6% au troisième trimestre après un repli de 0,7% entre avril et juin 2014. Les patrons semblent anticiper une amélioration de la conjoncture l’année prochaine. Les prévisions de croissance ressortent entre 4,4 et 4,9%, selon les sources. Elles sont pratiquement deux fois plus importantes que le niveau attendu en fin d’année. Les entreprises profitent également des conditions tarifaires avantageuses pour emprunter. Le taux moyen appliqué au crédit à l’équipement s’est établi à 6,01% au troisième trimestre contre 6,12% une année plus tôt. Dans le même temps, les entreprises sont revenues sur le marché obligataire avec des levées en forte hausse par rapport à l’année dernière. Ce sont là de petits signaux de reprise. Mais tous les secteurs ne s’inscrivent pas dans ce mouvement. Les opérateurs du BTP notamment continuent à éprouver des difficultés face à la baisse des mises en chantier.

    En dehors du regain des investissements des entreprises, le comportement des ménages profite également à la consommation privée. Leur consommation a progressé à 3,1% au troisième trimestre (+0,4 point). La mollesse de l’inflation notamment octroie plus de pouvoir d’achat aux ménages. Cependant, ils sont peu enclins à effectuer des achats de biens durables (HCP)

    Les ventes de ciment, l’un des principaux baromètres du marché, devraient reculer de 5% en fin d’année. Les opérateurs ne sont guère optimistes pour 2015. Les écoulements vont continuer à baisser mais dans des proportions moindres, prévoient-ils. Aujourd’hui, les investissements dans le secteur sont pratiquement au point mort, remarque le HCP. Paradoxalement, l’encours des crédits bancaires au secteur affiche une hausse à deux chiffres en septembre.  Globalement, les crédits au secteur privé ont augmenté de 4,5% en octobre. La dynamique est tirée en premier par les ménages et les entrepreneurs individuels avec une croissance respective de 7,1 et 6,3%. La consommation des ménages a augmenté de 0,4 point entre le second et le troisième trimestre pour s’établir à 3,1%. Elle bénéficie notamment de la quasi-absence d’inflation. Les ménages ont plus de marge de manœuvre au niveau de leurs finances. Les importations de biens manufacturés ont augmenté de 7,5%, selon les dernières statistiques disponibles. La situation financière des ménages pourrait s’améliorer davantage avec la répercussion de la baisse des cours du pétrole sur les prix à la pompe. Malgré l’amélioration du niveau de vie, l’indice de confiance des ménages s’est dégradé de 2,3 points au troisième trimestre. L’inquiétude porte principalement sur le marché de l’emploi avec une crainte de la hausse des chômeurs pour 76% des personnes sondées. Par ailleurs, les ménages sont peu portés sur l’achat de biens durables. Cela se voit à travers le recul des immatriculations de véhicules neufs notamment.
    F.Fa

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc