×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    Financement TPME
    La CCG débloque 1,2 milliard de DH

    Par L'Economiste | Edition N°:4414 Le 05/12/2014 | Partager
    L’enveloppe servira à garantir les prêts de ces entreprises
    Un centre d’affaires de la CCG bientôt à Rabat

    Le volume des crédits garantis par la CCG a augmenté de 37,5% entre 2012 et 2013. Pour les responsables de la CCG, cette dynamique a essentiellement été induite par les performances des produits de garantie, notamment «Damane Express», dédiés au financement des TPE

    Après Marrakech, Agadir, Oudja et d’autres villes, la caravane régionale dédiée au TPME a posé jeudi ses valises à Rabat. L’objectif de cette initiative qui regroupe Bank Al-Maghrib, la CCG, l’ANPME et le GPBM est de vulgariser les dispositifs mis en place pour faciliter l’accès des TPME au financement. Taoufiq Lahrach, secrétaire général de la CCG, en a profité pour annoncer qu’une enveloppe de 1,2 milliard a été débloquée pour appuyer ces entreprises. En attendant, il a tenu à rassurer les entrepreneurs qui déplorent une faible participation de la Caisse dans le financement de leurs investissements. En 2013, les crédits bancaires garantis par la Caisse en faveur des TPME ont atteint 11 milliards de DH contre 8 milliards un an auparavant. Ils ont bénéficié à 8.700 TPME.
    L’autre bonne nouvelle annoncée par Taoufiq Lahrach concerne l’ouverture d’un centre d’affaires à Rabat avant la fin de l’année. Il devrait permettre aux PME un accès direct aux produits de la CCG et éventuellement une mise en relation avec une banque de la région.
    En plus des garanties de la CCG, les entreprises peuvent aussi bénéficier des programmes d’appui de l’ANPME. Mounir Zraidi, son responsable, a fait savoir que 242 entreprises à fort potentiel de croissance et disposant de projets de développement ont bénéficié du programme Imtiaz avec un montant de 5,14 milliards de DH. Parallèlement, 1.330 entreprises ont bénéficié du programme Moussanada dédié à les accompagner dans leur démarche de modernisation et d’amélioration de leur productivité. Ce responsable s’est également arrêté sur le programme Inmaa qui a accompagné 147 entreprises pour renforcer leur excellence opérationnelle (lean manufacturing).
    Si les responsables de la commission mixte se sont montrés rassurants, les entrepreneurs qui ont assisté à cette campagne régionale ont pointé les difficultés d’accès au financement bancaire. Le problème des arriérés de paiement complique davantage le développement de leurs entreprises. Sur ce sujet, Mohamed Karoun, vice-président de la CGEM-Rabat, a pointé les défaillances de la loi sur les délais de paiement. Pour lui, les dispositions prévues ne permettent pas d’appréhender la traçabilité d’exécution de la prestation de services.

    Hajar BENEZHA

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc