×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    Attijariwafa bank sécurise son plan d’investissement

    Par L'Economiste | Edition N°:4414 Le 05/12/2014 | Partager
    Elle compte débloquer plus de 1,7 milliard de DH à l’horizon 2016
    Le développement à l’international au cœur de la stratégie

    La levée de fonds entamée par Attijariwafa bank vient renforcer le plan stratégique de la banque. Le groupe avait prévu de débloquer près de 1,7 milliard de DH à l’horizon 2016 afin de renforcer son maillage au niveau national et international. Il servira également à remettre à niveau ses infrastructures informatiques

    Attijariwafa Bank entend donner un coup d’accélérateur à son programme de développement. Le groupe bancaire prévoit à ce titre un budget d’investissement de 1,753 milliard de DH. La machine serait déjà en marche avec  une enveloppe de 884 millions de DH débloquée cette année. La banque compte à travers cet investissement accélérer la fréquence d’ouverture d’agences, la mise à niveau de la sécurité ou encore la modernisation des infrastructures informatiques. L’ambition d’Attijariwafa bank est claire: maintenir la croissance à des niveaux élevés malgré un contexte économique fébrile et un marché bancaire de plus en plus saturé. Pour atteindre ses objectifs, la banque a ciblé plusieurs points à renforcer. Le groupe entend par ailleurs consolider son positionnement au niveau national, optimiser le mix, et capitaliser davantage sur les relations à l’international. En effet, AWB multiplie les partenariats. Derniers en date, les conventions signées avec plusieurs banques chinoises (Bank of China, China Development Bank, China Exim Bank). Les accords ont concerné essentiellement le financement des entreprises implantées en Afrique. En effet, le groupe déjà implanté dans une dizaine de pays entend renforcer sa présence sur le continent, notamment au Maghreb et en Afrique subsaharienne. AWB a cette année déjà mis pied au Niger en greenfield via sa filiale CBAO. Le même scénario devrait se répéter pour une installation imminente au Bénin. Avec cette ouverture, la banque couvrira l’ensemble des pays de la zone UEMOA. Les négociations sont également en bonne voie pour développer son maillage dans la région de l’Afrique centrale. La conquête de l’Afrique lusophone et anglophone est également envisagée. 
    Le plan stratégique de la banque se positionne également sur l’économie d’échelle. Le groupe compte ainsi capter le potentiel de l’industrialisation des processus, la mutualisation ou encore la rationalisation des structures. Les pratiques managériales de la banque seraient ainsi remises à niveau. Les efforts devraient alors être concentrés sur le capital humain pour ainsi améliorer les capacités d’exécution et les standards de qualité de service. A cela s’ajoute la gestion des risques qui est devenue une composante stratégique pour la banque. Au point même de l’intégrer dans le comité de direction du groupe. Une stratégie qui s’est avérée payante puisqu’Attijariwafa bank a réussi à provisionner un certain nombre de dossiers en avance d’un an et demi, voire de deux ans par rapport à la concurrence.
    D’ailleurs, cette décision a pu conforter certaines sociétés de Bourse dans leurs recommandations. Le titre est même appelé à être conservé dans les portefeuilles.
    Pour mettre toutes les chances de son côté, le groupe sort sur le marché obligataire. Il compte y lever 1,2 milliard de DH. Le nombre des obligations est fixé à 12.000 titres d’une valeur nominale de 100.000 DH et une maturité de 10 ans. L’émission sera répartie en quatre tranches, avec les parties A et C qui sont soumises à un taux fixe de 3,75%, augmenté d’une prime de risque de 100 points de base. Le taux des tranches B et D est révisable annuellement. Les tranches A et B de l’émission seront cotées à la Bourse. Quant aux tranches C et D, elles seront négociables de gré à gré. La période de souscription s’étalera du 10 au 12 décembre inclus.
    Le fonds servirait entre autres à consolider les fonds propres de la banque afin de renforcer son ratio de solvabilité. Il s’agit également d’accompagner son plan stratégique. Celui-ci mise sur une forte expansion au niveau local et étranger. Sur le marché national, la banque entend développer davantage sa politique de bancarisation, de financement des TPE/PME ainsi que les grands projets.
    A. Lo

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc