×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Vous êtes 112.291 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 136.119 articles (chiffres relevés le 25/5 sur google analytics)
eleconomiste
Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:4411 Le 02/12/2014 | Partager

■ Un bonbon déodorant!
Un bonbon qui sert de déodorant, tel est le pari fou d’un entrepreneur bulgare. Le bonbon en question remplacerait d’après son inventeur les odeurs corporelles par un délicat parfum de rose durant près de six heures. L’efficacité du bonbon dépend du poids du consommateur ainsi que du nombre de bonbons ingurgités. Pour concevoir ce produit insolite, son fabricant, un petit confiseur bulgare répondant au nom de Ventsislav Peychev, a utilisé les vertus du géraniol, l’un des composants de l’huile de rose. Des travaux scientifiques ont en effet prouvé que ce dernier n’était pas décomposé par la digestion et était directement secrété par la peau. Le géraniol a d’après le fabricant le même effet que l’ail, sauf que l’odeur qu’il donne à la peau est jugée agréable. L’idée n’est pas neuve, mais la société Alpi est la seule à l’avoir exploité. En effet, un chewing-gum japonais basé sur le même principe avait été lancé mais n’a jamais eu beaucoup de succès. La petite usine d’Asenovgrad a commencé à produire ces bonbons parfumés à l’huile de rose en 2011. La société, qui a décliné le produit en plusieurs variantes, avec notamment des bonbons mous ou sans sucre, cherche désormais à exporter sa marchandise. Le «Deo Perfume Candy» a été primé dans un salon.

■ Il escalade un bâtiment de 280 mètres sans protection
A Pitesti, en Roumanie, un homme a posté sur le net une vidéo dans laquelle il escalade sans aucune protection un bâtiment de 280 mètres de haut. Le casse-cou, répondant au nom de Flaviu Cernescu, a ainsi pris d’assaut l’une des cheminées de la centrale électrique de Pitesti. Il a escaladé sans filet et sans protection cette structure de 280 mètres de hauteur, la seconde la plus haute du pays. Une performance qui n’était pas sans difficultés. «J’ai divisé la montée en 4 étapes : De 0 à 20 mètres, comme il n’y a pas d’échelle, je me suis hissé à la force de mes bras à l’aide de câbles électriques qui pendaient là. De 21 à 55 mètres, il y a une échelle, mais elle n’est pas entourée par un grillage, j’étais dans le vide. De 55 à 275, l’échelle est protégée mais il n’y a aucune plateforme pour pouvoir faire une pause. Enfin, de 275 à 280 mètres, l’échelle est à nouveau dans le vide et elle est branlante sur les trois derniers mètres», précise-t-il dans ce sens.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc