×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 195.938 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 234.695 articles (chiffres relevés le 4/6 sur google analytics)
Competences & rh

Stratégie/Air France-KLM:«Pas question de perdre des parts de marché!»

Par L'Economiste | Edition N°:4411 Le 02/12/2014 | Partager
L’Afrique du Nord, premier marché en termes de clientèle VIP
Les écrans à bord deviendront obsolètes d’ici quelques années

Jérôme Salemi, DG Afrique du Nord: «Aujourd’hui, c’est un plan de conquête que nous lançons. Se différencier de la concurrence en est l’axe majeur»

- L’Economiste: Quel est votre objectif en termes de gain de parts de marché grâce à la nouvelle stratégie?
- Jérôme Salemi: Difficile de chiffrer. Notre diagnostic, c’est que si nous ne faisons rien sur les trois prochaines années, nous allons perdre des passagers en raison de l’environnement très concurrentiel. Pour nous, ne pas bouger signifie reculer. Aujourd’hui, c’est un plan de conquête que nous lançons. Se différencier de la concurrence en est l’axe majeur. De forts investissements ont été lancés sur le long-courrier et ça continue avec le moyen-courrier.
- Concernant le wifi, l’offre n’est-elle pas un peu tardive?
- Les compagnies offrant ce service ne sont pas très nombreuses. La technologie évolue rapidement et elle nécessite de gros investissements. Nous ne voulons donc pas nous tromper sur le type de service à mettre à bord de nos avions. Notre vision, c’est que dans quelques années, les écrans deviendront obsolètes. Avec le partenariat que nous venons de signer avec Orange, nous envisageons non seulement d’offrir un accès wifi pour envoyer et recevoir des mails, mais aussi un système de vidéo permettant un large choix de divertissement à bord. Nous souhaitons être pionniers dans ce domaine, mais il faudra d’abord prendre le temps de réaliser des tests.

- Quelles sont les perspectives du marché Afrique du Nord?
- Les perspectives sont positives. Nous restons prudents, en veillant à améliorer l’offre et en faisant attention à la qualité des correspondances à CDG, afin d’offrir le meilleur aux clients maghrébins souhaitant voyager vers le monde entier. En termes de clientèle business, c’est notre premier marché. Si l’on compare, par exemple, avec l’Allemagne, le temps de vol est tellement court que les clients préfèrent finalement voyager en cabine Economy.

- Où en est l’offre low cost de la compagnie?
- Nous sommes en train de développer notre low cost Transavia qui se positionne de plus en plus sur des destinations de loisirs avec peu de trafic à réaliser. Des destinations où il faut être très compétitif et justifier de coûts unitaires plus bas. Transavia est très présente sur l’Afrique du Nord, notamment sur le Maroc et la Tunisie, pas encore en Algérie. Elle opère des vols au départ d’Orly vers Marrakech, Agadir, Oujda, Essaouira. Il y a aussi des départs de Lyon, Lille, Nantes, … C’est sur ce segment très loisirs que nous positionnons Transavia. Air France, elle, a pour vocation d’alimenter le hub de Charles De Gaulle (CDG).

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc