×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

A qui profitera la baisse du cours du pétrole

Par L'Economiste | Edition N°:4411 Le 02/12/2014 | Partager
Les ménages, les entreprises mais aussi l’Etat
Le budget bâti sur un baril à 103 dollars; il se négocie actuellement en dessous de 70 dollars
Il reste à savoir si la baisse sera totalement répercutée sur les prix domestiques

La baisse du cours du pétrole devrait octroyer un peu plus de pouvoir d’achat aux ménages. Le prix du carburant est censé suivre la même tendance que celui du brut. Les entreprises également profiteront du recul des cours. Certains en bénéficieront plus que d’autres

Le prix de l’essence super est passé à 11,78 DH à la pompe depuis hier. Il est en recul de 27 centimes. C’est peut être la première baisse d’une longue série. Un peu plus d’un an après la décompensation du prix de l’essence, les ménages pourraient bénéficier du bon côté de cette mesure. Le cours du pétrole à l’international poursuit sa baisse entamée depuis le début de l’été. Le brent se négociait en dessous de 70 dollars en séance lundi 1er décembre. Il reste à savoir si la transmission de la baisse du brut sur les prix domestiques sera totalement effective.
Les experts pensent que les prix pourraient descendre jusqu’à 60 dollars le baril. La décision des pays membres de l’organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) de ne pas réduire leur production et en conséquence de renforcer le déséquilibre entre l’offre et la demande sur le marché, devrait conforter la tendance baissière des prix. Les spécialistes ne prévoient pas un rebond des prix, du moins sur les premiers mois de 2015. L’attitude des Américains sur le marché pourrait infléchir la tendance des prix. En dessous d’un certain seuil, entre 65 et 70 dollars selon les experts, le pétrole produit par les Etats-Unis ne serait plus rentable (cf: www.leconomiste.com du 17 novembre 2014). Ils n’ont donc pas intérêt à ce que les prix baissent davantage.  
Pour l’heure, l’Etat sera l’un des principaux bénéficiaires de la chute des cours du pétrole. La facture énergétique sera moins importante que prévue ce qui lui donnera plus de marge de manœuvre au niveau du budget. La loi de finances 2015 a été bâtie sur l’hypothèse d’un baril de pétrole à 103 dollars en moyenne. Au prix actuel, ce sont des économies substantielles qui pourraient être enregistrées.
Les entreprises seront les autres bénéficiaires de l’effondrement du brut. Les gros consommateurs de pétrole vont voir leurs marges s’améliorer. Les transporteurs seront en première ligne. Le carburant représente l’un des principaux postes de dépense notamment pour les compagnies aériennes. Le comportement des investisseurs sur les marchés financiers étrangers montre bien les gagnants et les perdants de l’effondrement des cours du brut. Les valeurs pétrolières sont attaquées alors que celles des compagnies aériennes s’inscrivent en hausse.
F. Fa

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]iste.com
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc