×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

La BCE sort l’artillerie lourde pour doper l’économie

Par L'Economiste | Edition N°:4361 Le 18/09/2014 | Partager
Deux gigantesques injections de liquidités sur le marché
1.000 milliards d’euros destinés aux banques

Mario Draghi est le président de la Banque centrale européenne, ce dernier a pris des mesures fortes pour mettre fin à la menace déflationniste en Europe

Alors que l’économie européenne est au point mort comme vient de le rappeler l’OCDE, la Banque centrale européenne donne un coup d’accélérateur à une nouvelle vague de prêts extrêmement avantageux pour les banques de la zone euro, dans l’espoir que celles-ci financent plus de crédit. Ainsi  comme elle l’avait annoncé en juin, la BCE lance, ce jeudi, ce dispositif baptisé « targeted long-term refinancing operations », ou TLTRO. Une opération similaire aura lieu le 11 décembre. Six autres suivront entre mars 2015 et juin 2016. Les banques auront la possibilité de puiser dans les 400 milliards d’euros mobilisés dès cette année au moyen, puis 600 milliards dans le cadre de six autres TLTRO proposés en mars 2015 et juin 2016. Ces crédits sont censés encourager les banques à prêter davantage aux entreprises et ménages, et permettre par ricochet de faire repartir la machine économique en «stand- by». Cette injection spectaculaire des liquidités vise aussi, indirectement, à pousser la valeur de l’euro à la baisse et donc, à limiter les pressions déflationnistes à l’œuvre de la zone euro. Il s’agit par la même occasion de donner un coup de pouce aux exportations.
Il est vrai que le taux d’emprunt est très avantageux  puisqu’il est de 0,15 %, mais la condition sine qua non pour  avoir accès à cet argent que la BCE met sur le marché  est que les banquiers prêtent à l’économie réelle. Les banques qui ne pourront pas prouver qu’elles ont délié les cordons de leur bourse en faveur d’entreprises et de ménages devront rembourser plus tôt, à savoir dès septembre 2016. Aucune autre pénalité n’est toutefois prévue. Celles qui auront joué le jeu pourront de nouveau souscrire à la deuxième phase (600 milliards d’euros).
Les TLTRO  viennent se greffer aux autres mesures annoncées début septembre par la BCE. À savoir, un programme à venir d’achat de créances titrisées (les ABS) dont le marché est en veilleuse depuis la crise financière de 2008 et d’obligations sécurisés d’établissements financiers de la zone euro. Additionnées, ces mesures devraient permettre à la BCE d’augmenter son bilan de près de 1 000 milliards d’euros.
Certains  analystes  restent  cependant sceptiques face à ce nouveau dispositif. Il n’est  pas sûr que les banques répondent présentes aujourd’hui. En effet  le programme «est peu susceptible de relancer les crédits bancaires dans le sud de l’Europe», préviennent les experts de l’agence de notation Fitch, tant «l’appétit des banques pour prêter et la demande de crédit restent atones», estiment les analystes.»Nous nous attendons à ce que la demande (pour le premier TLTRO, ndlr) soit plutôt décevante, aux alentours de 100 milliards d’euros», pronostiquent les économistes  de la banque allemande Commerzbank. Les experts de la banque italienne UniCredit estiment eux que «les TLTRO vont aider à la marge, mais ils ont peu de chance de changer complètement la donne», dans une zone euro où l’économie n’arrive pas à redresser la tête.
La Banque centrale européenne n’en est pas à son premier  coup d’essai: deux prêts géants de long terme (LTRO) avaient déjà été accordés fin 2011 et début 2012. Mais ils avaient déçu: certes ils avaient permis d’aider les banques, dans un marché soupçonneux où elles étaient réticentes à emprunter  entre elles, mais les entreprises n’avaient  pas ou très peu vu la couleur de cet argent.
Sarrae BOUAYAD

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc