×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Tunisie
L’insécurité provoque la chute des investissements

Par L'Economiste | Edition N°:4335 Le 08/08/2014 | Partager
Net recul du secteur industriel sur le premier semestre 2014
L’instabilité politique et la menace terroriste inquiètent
Seuls les services enregistrent une hausse

Les investissements dans le secteur de l’industrie ont enregistré une chute de 33,4% sur le premier semestre 2014 par rapport à la même période en 2013

La Tunisie n’attire pas les investisseurs. Selon l’Agence tunisienne de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII), les investissements industriels ont chuté de 33,4% au cours du premier semestre 2014 par rapport à la même période en 2013. Ils sont passés de plus de 2.155 à presque 1.435 millions de dinars tunisiens (MDT). Forte baisse également de 65,6% du côté des investissements à participation étrangère (221,7 MDT sur le premier semestre 2014, contre 809,5 MDT sur la même période en 2013). Cette dégringolade reflète l’incertitude politique dans laquelle se trouve le pays actuellement. La Tunisie est encore en pleine transition. Le gouvernement intérimaire en place depuis janvier, mené par Mehdi Jomaa, a la dure mission de préparer les élections présidentielles et législatives prévues à la fin de l’année. Cette situation décourage les investisseurs qui n’osent plus prendre de risque. A titre d’exemple, selon l’APII, les projets déclarés ont, certes, augmenté de 5%, mais la somme totale consacrée à ces projets est passée de 1.863 à 1.117 MDT, soit une diminution de près de 40%.
A ce flou politique s’ajoute la crise d’insécurité provoquée dans le pays par les organisations terroristes. La Tunisie fait face à la montée en puissance de la mouvance jihadiste. Depuis 2011, une cinquantaine de militaires, policiers et gendarmes ont été tués dans des attaques imputées à des groupes armés. Ces groupes terroristes profitent également des graves troubles qui secouent le voisin libyen. Nasr Ben Soltana, directeur du Centre tunisien d’études sécuritaires globales (CTESG), estime que «les terroristes chercheront à exploiter la guerre civile en Libye pour enflammer la situation en Tunisie et faire glisser la région dans l’instabilité».

Les services, la lueur d’espoir

Au regard du contexte délicat que traverse le pays, la chute des investissements en Tunisie ne surprend guère. Mais tout ne va pas si mal. Le secteur tertiaire se porte mieux que l’année dernière. Les investissements dans les services ont connu une hausse de 29,2% par rapport au premier semestre 2013 en passant de 750,1 à 968,9 MDT. Autre point positif, la Tunisie a encore des occasions de relancer son économie. Le ministre des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, a annoncé en juillet l’organisation d’un sommet international «Investing in Tunisia» prévu pour le 8 septembre. Plusieurs pays ont confirmé leur participation dont la France, l’Allemagne, la Chine, le Japon et les Etats-Unis. Le ministre a également précisé que de grandes firmes multinationales assisteront à la conférence. L’occasion rêvée pour la Tunisie de séduire et, surtout, de rassurer les investisseurs.

Omar Belkaab

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc