×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Etablissements financiers
Fitch Ratings maintient ses évaluations

Par L'Economiste | Edition N°:4335 Le 08/08/2014 | Partager
Les notes de AWB, BMCE Bank, BMCI et SGMB inchangées
Eqdom garde également sa notation, en revanche Attawfiq microfinance ne sera plus couvert
Pratiquement le quart des actifs de BMCE Bank et AWB exposés sur le reste du continent

Fitch a confirmé la note des principales banques du marché. En ajoutant BCP, elles pèsent 80% des actifs du secteur. Leur part de marché sur les crédits et les dépôts ressort respectivement à 81% et 80% à fin 2013

Attijariwafa bank et BMCE Bank garde la faveur de Fitch Ratings. L’agence de notation financière vient de confirmer les notes nationales à court et à long terme (BBB- et F3), en devises locales et étrangères (BB+ et B) pour la filiale de SNI. Les échelles de notations sont identiques pour BMCE Bank. Leur maintien est en partie la conséquence de la confirmation de la notation souveraine. L’opinion des analystes reflète également la capacité des autorités à soutenir les deux institutions en cas de difficultés majeures. Elles peuvent être considérées comme «too big to fail». Attijariwafa bank, BMCE Bank et BCP pèsent 2/3 des actifs du secteur et disposent de parts de marché identiques sur les dépôts et les crédits à la clientèle.
Les actionnaires fort dans le tour de table des deux groupes, notamment SNI, FinanceCom ou encore Crédit Mutuel sont également des gages de sécurité pour le soutien si besoin est.
Au niveau des fondamentaux, l’agence de notation relève la qualité modérée des actifs des deux opérateurs. Cette situation est en partie imputable à leur exposition sur les marchés subsahariens. Les activités de banque de détail à l’international enregistrent de fortes croissances, mais concentrent aussi de nombreuses zones à risques. L’exposition de BMCE Bank sur les économies subsahariennes représentait 24% de ses actifs à fin 2013 et 21% pour Attijariwafa bank (y compris les activités en Tunisie).
En dehors de ces deux banques, Fitch a également maintenu inchangé son évaluation sur BMCI. C’est le cas également pour Société Générale Marocaine de Banque (SGMB), mais les analystes ont ramené les perspectives de la note à «négatives» contre «stables» précédemment. Ce changement est essentiellement imputable à la dégradation de la perspective de Société Générale, l’actionnaire majoritaire de SGMB. «Le soutien de l’Etat français à SG en cas de besoin est susceptible de diminuer au cours des deux prochaines années en raison des changements réglementaires et politiques dans l’Union européenne», relèvent les analystes.
Du coup, la capacité de la banque, elle-même, à soutenir ses filiales serait moins forte. Et la chaîne se poursuit. La détérioration des perspectives de SGMB impacte mécaniquement celle de sa filiale de crédit à la consommation Eqdom.
Par ailleurs, l’agence de notation n’évaluera plus Attawfiq microfinance. La couverture de l’association de microcrédit n’est plus pertinente, estiment les analystes de Fitch. Ils lui avaient attribué un A-(mar) assortie d’une perspective stable pour la note nationale long terme et F2 pour la note nationale à court terme. Cela dit, la filiale du groupe Banque Populaire devrait bénéficier d’un soutien fort de sa maison mère en cas de difficultés. Elle représentait moins de 1% des actifs du groupe à fin 2013.
F. Fa

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc