×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 195.938 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 234.695 articles (chiffres relevés le 4/6 sur google analytics)
Analyse

Maroc-UE
Le privé échaudé par les ALE

Par L'Economiste | Edition N°:4199 Le 27/01/2014 | Partager

Nabil Boubrahimi, professeur universitaire, spécialiste du commerce international: «Je pense que la conclusion de l’Aleca ne doit pas être perçue comme une fin en soi et qu’il faut saisir réellement l’opportunité d’une libéralisation qu’offre cet accord»

Lors des négociations des différents accords de libre-échange, le privé estime n’avoir pas été suffisamment impliqué. C’est la raison pour laquelle les opérateurs craignent que leurs intérêts ne soient pas défendus. Nabil Boubrahimi, universitaire, spécialiste du commerce international, suggère la création d’une instance paritaire pour mener les négociations.

- L’Economiste: Le gouvernement se montre optimiste par rapport aux négociations de l’Aleca. Quels sont les risques réels d’un tel accord?
- Nabil Boubrahimi: L’optimisme du gouvernement suppose que ces négociations ont fait l’objet d’une préparation rigoureuse, basée sur l’utilisation des outils d’analyse économique moderne pour évaluer l’impact de cet accord. Il suppose également que ces négociations ont été précédées par des concertations avec le secteur privé en vue d’identifier les intérêts du Maroc et les demandes de concessions potentielles à formuler à la partie européenne. L’expérience en matière d’ALE a montré qu’il y a eu un empressement dans la mesure où rares sont les accords ayant fait l’objet d’études d’impact. Ce qui s’est traduit par des résultats en deçà des objectifs souhaités, notamment par la hausse remarquable des importations au détriment des exportations. D’où l’aggravation du déficit de la balance commerciale sans pour autant améliorer la compétitivité du tissu productif.
- Comment préserver les intérêts des entreprises nationales?
- Pour préserver les intérêts des entreprises nationales, les mécanismes de concertation doivent être améliorés et institutionnalisés et non pas déclenchés à la veille de chaque négociation commerciale. L’enjeu est surtout d’avoir une vision stratégique claire et pérenne sur les intérêts nationaux. Les inquiétudes exprimées par le secteur privé au sujet de la faible réactivité de l’administration révèlent le peu d’interaction entre les deux parties. La multiplicité des interlocuteurs et des procédures explique la pression sur le gouvernement pour créer une instance de concertation paritaire.
- Après le démantèlement tarifaire avec l’UE, quels avantages le Maroc pourrait-il tirer de l’Aleca?
- L’Aleca est une nouvelle génération d’accord qui va au-delà d’un accord traditionnel et classique visant la libéralisation des échanges commerciaux. Cet accord dépasse, dans sa portée, la suppression totale des droits de douane sur le commerce des marchandises pour couvrir également des domaines comme la concurrence, la transparence, la facilitation des échanges, la réduction/suppression des obstacles non tarifaires et les obstacles techniques au commerce, la libéralisation du régime d’investissement, la libéralisation du commerce des services et une vaste harmonisation/reconnaissance mutuelle des réglementations et institutions liées au commerce et à l’investissement. L’expérience pratique en matière d’intégration commerciale «approfondie» laisse entendre que l’Aleca pourrait revêtir un rôle d’accélérateur dans la promotion du commerce et des investissements mais surtout l’harmonisation institutionnelle et réglementaire avec l’acquis européen.
Propos recueillis par Hassan EL ARIF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc