×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

PME/Toute petite entreprise
Crédits: BAM active un nouveau mécanisme

Par L'Economiste | Edition N°:4176 Le 20/12/2013 | Partager
Elle va refinancer les prêts octroyés à cette catégorie d’entreprise
Démarrage du mécanisme le 1er janvier 2014
Le programme durera au minimum deux ans

L’assouplissement des conditions de recours au refinancement en monnaie centrale ne va pas forcément se traduire par un boom des prêts accordés aux TPME. Celles-ci doivent aussi opérer une réelle mise à niveau pour séduire les banques. La morosité de la conjoncture amène les banques à être plus sélectives

EN attendant la mise en place du fonds de soutien pour le financement des PME et des entreprises de taille intermédiaire, le mécanisme de facilitation de l’accès des TPME au crédit bancaire annoncé en juin dernier sera opérationnel dès le 1er janvier 2014. Bank Al-Maghrib va refinancer les prêts octroyés aux TPME qui réalisent un chiffre d’affaires inférieur ou égal à 175 millions de DH. Le dispositif concerne les crédits d’un montant maximal de 50 millions de DH et d’une durée minimale de 12 mois. Les banques pourront mobiliser des fonds équivalents aux volumes de crédits qu’elles comptent accorder à cette catégorie d’entreprises. Elles pourront bénéficier d’un refinancement additionnel spécifiquement pour les crédits accordés aux entreprises industrielles ou celles qui réalisent au moins 40% de leur chiffre d’affaires à l’export. Le programme de refinancement durera au minimum deux ans. Le ralentissement du rythme de croissance du crédit ces deux dernières années dans un contexte économique peu porteur a poussé la Banque centrale à accélérer la mise en place des mesures d’accompagnement du financement de l’économie. Elles offrent des leviers de refinancement plus importants aux banques. En même temps, elle s’attend à ce qu’elles jouent réellement le jeu. «Nous allons pénaliser les banques qui ne vont pas aller dans le sens d’accroître leur concours à la TPME», a laissé entendre Abdellatif Jouahri, gouverneur de Bank Al-Maghrib, à l’issue du Conseil du 17 décembre. L’assouplissement des conditions de recours au refinancement en monnaie centrale ne va pas cependant se traduire par un boom des prêts accordés aux TPME. Celles-ci doivent aussi opérer une réelle mise à niveau de leur côté pour séduire les banques. Surtout que la montée des impayés depuis le début de l’année les amène à être plus sélectives sur les dossiers. La situation ne s’annonce guère meilleure en 2014 avec des prévisions de croissance économique qui se limite à 3,5% pour les plus optimistes.


F. Fa

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc