×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Ciment: La chute des ventes amortie

Par L'Economiste | Edition N°:4171 Le 13/12/2013 | Partager
Une performance de plus de 29,7% en novembre
Des prévisions allant jusqu’à -5% pour 2013

Plus de 29% de croissance : Avec plus de 1,2 million de tonnes de ciment consommé, le mois de novembre dernier a enregistré une légère amélioration tandis que les 4 derniers mois ont connu une évolution en dents de scie prononcée

LA reprise des chantiers en novembre dernier à sans doute tiré vers le haut la consommation du ciment mais elle demeure tout de même loin de résorber le déficit accusé durant les 10 premiers mois de l’année. Selon les dernières statistiques de l’Association professionnelle des cimentiers (APC), les ventes du mois dernier ont porté sur plus de 1,2 million de tonnes, enregistrant une performance de 29,7% par rapport à novembre 2012. Au moment où la consommation cumulée sur les 11 mois s’est établie à 13,5 millions de tonnes (soit -6,5% par rapport à la même période de l’année dernière). Une amélioration en trompe-l’œil ? Peut-être. En tout cas, Ahmed Bouhaouli, directeur délégué de l’APC, rappelle que  la consommation du ciment en novembre 2012 était particulièrement faible (960.000 tonnes seulement) à cause des intempéries. Le directeur délégué tient à préciser que «la fin d’année connaît en général une accélération du rythme d’exécution de tous les programmes qui ont été budgétisés». C’est dire que les ventes du ciment se sont caractérisées par une évolution en dents de scie prononcée surtout pour les 4 derniers mois. C’est que le Ramadan qui a coïncidé avec la saison estivale cette année et Aid Al Adha qui connaît un arrêt des chantiers pour une durée d’au moins deux semaines expliquent largement la dégringolade de la consommation en août et octobre derniers.
Par région, le marché a évolué diversement. Classique ! Seulement 8 régions consomment 75% du ciment produit. Les autres, dites régions excentrées telles que Guelmim-Es-Smara, Oued Eddahab-Lagouira ou encore Tadla-Azilal, sont particulièrement touchées par la crise. Car il suffit d’une légère variation de l’activité pour que les chiffres soient impactés. Leurs contreperformances respectives sont de l’ordre de 42,9, 25,5 et 18,7% à fin novembre. Casablanca en est à -9,8%. Curieusement, ce sont des régions comme Doukkala-Abda ou encore Laâyoun-Boujdour-Sakia El Hamra qui tirent leur épingle du jeu avec respectivement 10,9 et 6,5%.
En gros, la consommation montre certes des signes d’amélioration mais elle ne sera certainement pas en mesure de sauver l’année. Du côté de l’APC, les professionnels espèrent clôturer l’année avec une baisse de 4 à 5%. Pour une année dont le premier semestre a été marqué par une contre-performance légendaire de l’ordre de 12,6%, ces prévisions sont plutôt optimistes. Pour 2014, Bouhaouli mise gros sur la relance de certains chantiers de logement moyen standing compte tenu du nouveau dispositif de la loi de Finances. (cf. www.leconomiste.com). Sachant que la production de logements à elle seule rafle 75% du ciment consommé.
Imane NAJI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc