×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Accord de pêche Maroc/UE
Akhannouch: «Un partenariat win-win»

Par L'Economiste | Edition N°:4169 Le 11/12/2013 | Partager
L’accord est valorisé de 29% par rapport à d’autres protocoles signés récemment
Les recettes serviront à la mise à niveau du secteur

Aziz Akhannouch a souligné que «la signature de cet accord ouvre de nouvelles perspectives dans le développement du partenariat avec l’UE»

LE protocole d’accord de pêche entre le Maroc et l’Union européenne a été finalement signé, hier à Strasbourg, après un feuilleton de négociations à multiples rebondissements. Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la pêche, ne cache pas sa satisfaction. Il a considéré que «la signature de cet accord va renforcer les relations du Maroc avec l’UE, dans la mesure où il ouvre de nouvelles perspectives de partenariat».
S’il a reconnu que «les négociations ont été difficiles», Akhannouch a estimé que «cela a permis de jouer la carte de la transparence, en fournissant aux députés européens toutes les informations nécessaires pour qu’ils se rendent compte que l’impact de cet accord sur les populations concerne l’ensemble du territoire du Royaume». Globalement, le nouveau protocole signé est qualifié par le ministre de l’Agriculture de «partenariat win-win». En effet, «ce nouveau protocole est avantageux pour les deux parties et répond de façon directe aux préoccupations exprimées par le Parlement européen sur les plans économique, écologique et social», a estimé, pour sa part, Rupert Joy, ambassadeur, chef de la délégation de l’Union européenne à Rabat. Celui-ci a souligné que «les institutions européennes ont œuvré de concert pour faire aboutir ce processus de ratification». Côté marocain, Aziz Akhannouch a fait état de l’effort fourni par «les parlementaires marocains qui étaient mobilisés dans le cadre de la diplomatie parallèle». Cela est venu en appui à l’action officielle, qui a permis de convaincre une grande partie des eurodéputés. Le ministre a également salué le rôle joué par la Commissaire européenne à la pêche, Maria Damanaki, qui a contribué énormément à l’aboutissement de cet accord. Idem pour certains ministres européens, comme celui de l’Espagne, «qui s’est fortement engagé dans ce dossier», a fait savoir Akhannouch.
Généralement, le nouveau texte semble apporter de nouveaux avantages en faveur du Maroc. Il accorde les possibilités de pêche à une flotte de 126 navires européens contre 137, lors de l’accord précédent. Et «contrairement aux informations véhiculées, la comparaison avec d’autres pays ne reflète pas la réalité des choses», a tenu à préciser le ministre. En effet, les navires européens pourront collecter l’équivalent de 80.000 tonnes de ressources halieutiques, contre 330.000 tonnes pour des accords signés par l’UE avec d’autres pays. Le protocole concerne uniquement 6 produits contre 8 dans les autres accords. C’est dans ce sens qu’Akhannouch a indiqué que «le nouveau protocole est valorisé de 29% par rapport aux autres accords signés récemment». Mieux, les retombées seront également importantes en termes de création d’emplois, dans la mesure où la présence des marins marocains a doublé, passant de 12 à 24 par bateau. Les ressources dégagées de cet accord, qui s’élèvent à 40 millions d’euros par an, sur quatre ans, «serviront à la mise à niveau de l’ensemble des filières, à travers la stratégie Halieutis», a affirmé le ministre.


Mohamed Ali MRABI   

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc