×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Les Cahiers de l'Émergence

Financement: La LOA toujours séduisante

Par L'Economiste | Edition N°:4166 Le 06/12/2013 | Partager
Le coût de financement plus attractif que celui du crédit classique

Source: Sociétés de financement

D’importantes différences peuvent être notées au niveau de l’offre de financement LOA sur le marché. Il est conseillé de bien s’informer avant de parapher le contrat

A part des moments spécifiques comme le salon auto, la fin d’année est une aubaine pour les sociétés de financement pour augmenter leur volume d’affaires sur le crédit automobile. Les offres promotionnelles se multiplient sur le marché. Deux produits phares sont commercialisés: le crédit classique et la location avec option d’achat (plus connue sous l’appellation LOA).
Aujourd’hui, les opérateurs orientent le client particulièrement vers la LOA. Le coût du crédit serait plus attractif. Pour ce type de financement, un apport minimum est exigé. Il peut aller d’un apport de 10% du prix du véhicule chez Eqdom par exemple à un minimum de 25% chez Salafin. Mais, le montant effectif de l’apport dépasse les seuils fixés par les établissements de crédit. Il faudra y ajouter les frais de dossier et éventuellement les frais d’assurance. Le contenu de l’offre est différent selon l’opérateur. En dehors de la valeur résiduelle qui représente généralement 1% du montant de la voiture, d’importantes différences peuvent être notées au niveau du reste du packaging. Vivalis par exemple n’intègre pas une assurance auto dans son offre alors qu’elle est obligatoire la première année chez Eqdom.
Les principaux acteurs du marché proposent une offre contenant une assurance auto. Le client a la possibilité de résilier cette assurance à partir de la deuxième année. La demande de résiliation doit être adressée à la société de financement deux mois avant le premier prélèvement. En revanche, la résiliation doit être demandée au moment de la contraction du crédit au niveau de certaines captives de constructeur, notamment RCI Finance. Dans le cas contraire, l’assurance sera supportée jusqu’à l’échéance du crédit. 
Pour les offres qui comportent une assurance auto, les garanties proposées varient également d’un opérateur à l’autre. Le produit LOA de Salafin intègre une assurance qui couvre le vol, l’incendie et la perte financière. Eqdom propose en plus les garanties bris de glace, tiers, dommages causés par inondation. Cela dit, chaque nouvelle garantie augmente le coût de l’assurance. En dehors de la LOA, le client a la possibilité de recourir au crédit classique. Ici aussi, plusieurs opérateurs exigent un certain apport. Il est de 30% minimum à Vivalis. D’autres proposent un financement à 100%. BMCI Crédit Conso offre cette possibilité à condition que la durée du crédit soit limitée à 60 mois. La durée peut s’étaler jusqu’à 72 mois pour un apport de 30%. En revanche, les mensualités sont plafonnées à 48 mois chez Eqdom. Depuis quelques années, certains constructeurs disposent de leurs propres sociétés de financement.
Les tarifs pratiqués par les captives peuvent être parfois plus attractifs puisque la conception de l’offre est souvent intégrée à la politique commerciale du constructeur.


F. Fa.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc