×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Le Salon des mines fait grise mine

    Par L'Economiste | Edition N°:4166 Le 06/12/2013 | Partager
    Plusieurs pays africains annoncés sont finalement absents

    Le secteur minier traverse une conjoncture difficile. Même les phosphates et dérivés ont marqué le pas pour ce qui est des exportations en raison notamment du recul de la baisse des cours mondiaux de la roche et des engrais naturels

    Peu d’affluence à la première journée du deuxième Salon international des mines et des carrières à Casablanca qui s’achève ce vendredi 6 décembre. Organisé par le magazine «Energie & Mines» en partenariat avec le ministère de l’Equipement, du Transport et de la Logistique, la manifestation enregistre un recul du nombre d’exposants. Une situation expliquée par la mauvaise conjoncture que traverse le secteur due au retournement du cycle des cours internationaux. Au total, une centaine d’entreprises participent à cette édition, c’est 20 de moins que l’année dernière. Annoncés au départ, de nombreux pays africains qui avaient pris part à la précédente édition (Algérie, le Bénin, Centrafrique, Guinée Bissau, Guinée Conakry, Niger, Mali et Soudan) manquent à l’appel. Seul le Burkina Faso (qui dispose de mines d’or) est présent. 
    La majorité des exposants est constituée par les institutionnels et les entreprises marocaines qui forment le plus gros du contingent avec 56 participants. Viennent ensuite les entreprises françaises opérant notamment dans la fabrication et la distribution des bandes transporteuses, des chargeuses du minerai, du matériel de pesage embarqué et de la manutention… Les Belges sont également en force avec des solutions de maintenance et des produits anti-usure. Mais le matériel roulant de transport et les engins d’extraction et de manutention des minerais sont de loin les plus représentés en termes de surface. Toute l’esplanade du parc d’exposition de l’Office des changes est occupée par ce type de matériel.   
    Le secteur minier représente un enjeu de taille pour l’économie nationale. Il représente plus de 10% du PIB avec une large domination des phosphates. Avec une production de plus de 30 millions de tonnes par an dont les deux tiers de phosphates, l’activité porte sur la barytine, le sel, le fer et autres minerais. Les carrières assurent entre autres, la production de 12 millions de tonnes de ciment.


    A. G.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc