×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Placements: Comment optimiser sa fiscalité

Par L'Economiste | Edition N°:4166 Le 06/12/2013 | Partager
Les épargnants s’intéressent davantage à la question avec la montée de la pression fiscale
L’assurance-vie ou encore les plans d’épargne offrent le refuge fiscal

Source: CDVM
Les plans d’épargne ou encore les produits d’assurance-vie permettent aujourd’hui de profiter des performances du marché financier tout en bénéficiant d’un avantage fiscal sur les revenus et les profits générés. La hausse de la pression fiscale pousse aujourd’hui les épargnants à être plus attentifs sur la fiscalité de leur épargne

Avec la hausse du taux d’imposition des dividendes ou encore l’instauration d’une contribution sociale pour la solidarité, les ménages sont plus sourcilleux sur la fiscalité de leurs revenus et de leur épargne. Sur les placements, «les clients sont beaucoup plus attentifs à la fiscalité parce que les rendements sont moins importants aujourd’hui», relève un professionnel.
Cela dit, certains produits permettent aujourd’hui d’optimiser la fiscalité. L’assurance-vie est principalement conseillée. «Les contrats d’assurance-vie présentent des avantages fiscaux très intéressants, notamment lorsque la durée du contrat dépasse 8 ans», fait savoir Mostafa El Jai, directeur Private Banking-Banque Populaire. Les revenus issus de ce placement sont exonérés d’impôts après huit ans de détention. «Le produit donne à la fois la possibilité de bénéficier des performances du marché boursier et d’investir en OPCVM diversifiés ou actions et donc d’optimiser fiscalement les plus-values issues de ces placements», explique un banquier. Les produits d’épargne retraite permettent également de bénéficier d’une fiscalité avantageuse. Un abattement de 40% voire 55% est accordé en fonction du choix de la sortie (en capital ou en rente). Pour ce faire, l’épargnant doit détenir le produit pendant 8 ans et être âgé d’au moins 50 ans à cette échéance pour bénéficier de la carotte fiscale.
D’autres produits, notamment les plans épargnes lancés en 2011, offrent le refuge fiscal. Les versements dans le plan épargne éducation (PEE) sont plafonnés à 300.000 DH avec le bénéfice de l’exonération fiscale au bout de cinq ans de détention. En outre les revenus de ce placement doivent servir au financement des études. Le plan épargne logement est lui plafonné à 400.000 DH avec une durée de détention de 3 ans. Pratiquement trois ans après leur mise en place, les souscriptions à ces deux produits restent néanmoins largement en dessous des attentes. La conception des produits est jugé en décalage par rapport aux besoins du marché. En clair, ils auraient besoin de quelques ajustements pour être plus attractifs, notamment au niveau des plafonds.
Le plan épargne actions (PEA) également n’a jusque là pas donné satisfaction. Plusieurs raisons, notamment la méforme de la Bourse, expliquent le manque d’intérêt pour le produit. Toujours est-il, il reste un produit d’optimisation fiscale. Les versements sont plafonnés à 600.000 DH. Les revenus et profits générés dans le cadre du PEA exonérés d’impôts au bout de cinq ans.  
Sur les autres actifs, «il faut regarder la fiscalité par rapport aux placements bancaires classiques», estime un professionnel de marché. Les placements dans un OPCVM obligataire sont soumis à un impôt de 20% contre 30% pour un dépôt à terme. Mais le client n’a pas connaissance de la performance de l’OPCVM au moment de la souscription alors que le placement bancaire offre une garantie de capital et de rendement.

Où investir?

L’introduction en Bourse de Jorf Lasfar Energy Company (JLEC) pourrait être une nouvelle alternative pour les investisseurs particuliers de se réconcilier avec le marché boursier. Plus de 31% de l’offre publique de vente est réservée aux particuliers et aux personnes morales.
Globalement, la chute des actions depuis 2008 a quelque peu éloigné les investisseurs de la Bourse. L’investissement en actions reste cependant conseillé pour les clients qui ont une politique de placement moyen-long terme ou ceux qui désirent prendre du risque. Sur cet horizon, «le marché boursier reste intéressant en termes de rendement. Toutefois, le choix des valeurs est très important et la diversification du portefeuille très recommandée pour annuler les effets de risques», confie Mostafa El Jai. «Notre portefeuille cible reste très conservateur. Nous recommandons surtout les secteurs à fort potentiel notamment l’immobilier, les bancaires et les télécommunications», ajoute la même source. Les produits d’assurance-vie sont également conseillés pour les épargnants qui se projettent sur le long terme.
En attendant un vrai changement de dynamique sur le marché actions, les clients privilégient les placements sécurisés. Les conseillers clientèles orientent les épargnants surtout vers les produits de taux de court terme. «Nous orientons les clients soit sur les dépôts à terme ou les OPCVM obligataires à court terme. Ce sont des placements qui offrent des niveaux de rendement attractifs de l’ordre de 4% tout en préservant le capital de l’épargnant», relève une source. En revanche, les produits de taux à long terme ont moins la cote en raison du manque de visibilité sur la courbe des taux.
«Nous proposons en général des placements mix dans lesquels nous pondérons les OPCVM, les DAT et le reste en placement sous forme de participation aux bénéfices des Banques Populaires régionales. Ce mix nous permet de rehausser le taux de sortie global du placement à des niveaux qui permettent de rester très compétitif», avance El Jai.

F. Fa.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc