×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

Les obstacles à l’innovation dans la Méditerranée

Par L'Economiste | Edition N°:4160 Le 28/11/2013 | Partager
Sophistication des marchés, mauvais fonctionnement des institutions…
Le Maroc au 85e rang sur 141 pays dans une étude de la Femise

Un des principaux obstacles au développement de l’innovation est le manque de compétences spécifiques des ressources humaines

Les pays méditerranéens offrent-ils de bonnes performances concernant le processus d’innovation? La question a été soulevée dans la dernière étude «Mobiliser le capital humain sur l’innovation en Méditerranée» réalisée par Femise avec le soutien de la BEI et du Femip. Le classement des neuf partenaires méditerranéens (PM) dans cette étude sur l’indicateur Global Innovation Index est assez éloquent. L’économie israélienne se situe autour de la 20e place mondiale, la Tunisie 60e et la Jordanie 65e. Si la Turquie  est dans la médiane mondiale (70e), l’Egypte (100e), l’Algérie (124e) et la Syrie (132e) sont placés dans le dernier quart des pays les moins innovants. Le Maroc, lui, vient au 85e rang sur 141 pays.
D’après l’étude, la position en retrait de l’Algérie s’expliquerait par le manque de sophistication des marchés, le mauvais fonctionnement des institutions, mais moins par le défaut d’infrastructures et de disponibilité en ressources humaines. Pour les autres pays, les experts relèvent aussi le rôle dominant des critères de sophistication des marchés, du climat des affaires (à l’exception du Liban) et du retard institutionnel, avec un effet spécifique lié au retard en capital humain et recherche en Egypte et en Turquie.
Selon l’analyse, le Maroc a connu des progrès en termes d’infrastructures et de fonctionnement du système institutionnel. Le système d’innovation national est riche en structures. Cependant, le pays est faible en capacités managériales et les entreprises n’innovent pas assez, constatent les auteurs de l’étude. Les initiatives sont bien là mais la performance et l’efficacité du système d’innovation sont faibles. En termes financiers, le Royaume consacre seulement 0,75% de son budget à la recherche scientifique, essentiellement dans les sciences «dures» et au détriment des sciences humaines et sociales. Les économistes notent un intérêt croissant des entreprises domestiques à la R&D et le financement privé a atteint 22%. Néanmoins, les fonds de partenariat (public-privé et public-public) ne dépassent pas 1% respectivement. Les indicateurs d’innovation, comme par exemple l’effort en matière de R&D, mesuré par le ratio dépenses de R&D/PIB, confirment aussi la fragilité de la position des pays méditerranéens à l’exception d’Israël. A cela s’ajoutent un résultat limité en termes de brevets et un poids faible dans les exportations des «biens et services» de hautes technologies. Les exportations de produits manufacturés hautement technologiques ne représentent en 2010 que 3% dans les exportations des PM. Plusieurs obstacles bloquent les activités d’innovations. En Egypte et en Israël, les facteurs sont purement économiques. Dans les deux pays, environ un quart des entreprises innovantes signalent les facteurs coûts ou de financement comme des éléments bloquant l’innovation. 29% des entreprises innovantes en Egypte évoquent un problème d’accès aux ressources financières pour financer les activités d’innovation contre seulement 11% en Israël. Cette même difficulté est également mise en avant en Tunisie.


Fatim-Zahra TOHRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc