×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Emploi en Afrique
L’aubaine qui se transforme en boulet

Par L'Economiste | Edition N°:4160 Le 28/11/2013 | Partager
200 millions de jeunes en âge de travailler, mais très peu d’opportunités
Les gouvernements doivent assainir le climat des affaires

EN Afrique, être jeune et chercher du travail ne font pas bon ménage. Pour le continent, l’aubaine démographique s’est transformée en boulet. Ce sont 200 millions de jeunes en âge de travailler qui rencontrent des difficultés lors de la recherche de leur premier emploi. Sur les 10 dernières années, 73 millions d’emplois ont été créés en Afrique, dont 16 millions «seulement» destinés aux jeunes.
Le chômage des jeunes devient un problème structurel inquiétant dans tous les pays du continent. Les acteurs économiques des différents pays se sont réunis à ce sujet les 25 et 26 novembre à Casablanca lors du 1er Symposium sur la création de l’emploi à l’invitation de la CGEM, l’Organisation internationale des employeurs (OIE) et le Bureau international du travail (BIT).
Les participants ont pu échanger sur les stratégies sectorielles les plus significatives du continent. Leur succès est intimement lié à l’environnement des affaires. L’Etat doit créer les conditions suffisamment attractives pour attirer les investisseurs, locaux et étrangers. Les gouvernements devraient mener une lutte déterminée contre la corruption, les lourdeurs bureaucratiques et faciliter l’accès au financement.
C’est bien connu, pour créer de l’emploi il faut promouvoir l’investissement, et l’implication de l’Etat est primordiale. Les politiques sont demandés de soutenir les petits porteurs de projets, faciliter la création de TPE/PME, promouvoir des programmes de promotion et d’intermédiation de l’emploi, réformer les systèmes d’éducation et de formation.
Le patronat doit aussi s’impliquer dans ce processus. Les entrepreneurs doivent s’engager à suivre une discipline fiscale, à favoriser l’intégration des jeunes à travers les stages et aussi à communiquer plus souvent sur leur besoin en ressources humaines afin de réajuster les programmes scolaires.
Au terme du symposium, les participants décident de lancer une taskforce des employeurs africains, pour réfléchir sur des réformes et des plans d’actions au niveau national et régional. «Pour dynamiser l’économie du continent, il faut améliorer les connexions entre les pays… développer les infrastructures d’un côté et réduire les taxes qui freinent les échanges commerciaux de l’autre», explique Jamal Belahrach, président de la commission emploi à la CGEM.

Success story des stratégies sectorielles

LE thème du premier Symposium africain  porte sur «l’élaboration d’une stratégie pour la création d’emplois dans les pays africains : le rôle des stratégies sectorielles». Les plans sectoriels sont potentiellement les principaux catalyseurs en matière d’emplois. Les exemples les plus efficaces ont été cités et le Maroc en fait partie avec l’industrie automobile qui fait travailler aujourd’hui plus de  60.000 personnes. Ces emplois ont été créés grâce à l’usine d’assemblage de Renault et les zones franches d’exportation. Même constat pour le pays du Lesotho, car à travers les filières du textile, 40.000 emplois ont pu être créés.
D’autres exemples pour d’autres secteurs ont été recensés, notamment les transports et la logistique, les banques, le commerce de détail ou encore le transfert d’argent.

A. Lo

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc