×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Evénement

Maroc/Arabie saoudite
Un fonds d’investissement de 4 milliards de DH

Par L'Economiste | Edition N°:4160 Le 28/11/2013 | Partager
La structure sera opérationnelle fin 2014
Des institutionnels des deux pays en négociations avancées
900 millions de DH pour une liaison maritime

Les relations d’affaires maroco-saoudiennes viennent de franchir un nouveau palier. La rencontre du Conseil d’affaires

Source: Office des changes
Les investissements directs étrangers (IDE) en provenance d’Arabie saoudite ont connu une importante croissance en 2011. Après une légère baisse en 2012, ces IDE ont connu une hausse de 6% au premier semestre 2013

maroco-saoudien à Casablanca a été pour le moins concluante. Deux décisions majeures ont été prises : la mise en place d’un fonds d’investissement et la création d’une ligne maritime directe. Les deux projets étaient en gestation depuis la mission organisée par la CGEM à Jeddah en marge de la Haute Commission mixte maroco-saoudienne. Depuis, des études de marché ont été menées pour activer le processus. «Le fonds d’investissement aura pour objectif de faciliter les investissements saoudiens et de dépasser les difficultés rencontrées par les entreprises», explique Khalid Benjelloun, co-président du Conseil d’affaires maroco-saoudien. A ce stade, plusieurs institutionnels des deux pays ont manifesté un intérêt pour investir dans ce fonds. «Nous ne sommes pas encore arrivés à un accord final sur le montage du fonds, mais son budget devrait tourner autour des 500 millions de dollars (ndlr: 4,1 milliards de DH)», confie Mohammed Fahad Al Hammadi, co-président du conseil. Al Hammadi est à la tête d’AlJazea, un grand groupe saoudien. L’accord ne prévoit pas un investissement équivalent entre les deux pays. Quoique le fonds ne soit pas destiné à un secteur en particulier, les investisseurs saoudiens semblent être intéressés par l’industrie, l’agriculture et l’agro-industrie. «Le plan Maroc Vert avec l’ensemble de ses incitations comporte plusieurs opportunités d’investissement  que nous jugeons intéressantes», confie Al Hammadi. Aujourd’hui, le processus est bien avancé et le fonds devrait être opérationnel en septembre ou octobre prochain. Toutefois, le projet qui devrait réellement booster la coopération est la création de la ligne maritime. Le Maroc a exporté plus de 900 millions de DH (40 millions de dollars) et importé plus de 24 milliards de DH d’Arabie saoudite en 2012.
Un volume jugé insuffisant et surtout largement en faveur de Riyad. Parmi les principales importations figurent le

En dehors de quelques exceptions, les IDE saoudiens au Maroc sont principalement dans le secteur de l’immobilier. Toutefois, de plus en plus d’entreprises s’intéressent à l’agriculture et à l’agro-industrie

pétrole, les matières plastiques, le papier ou encore les produits chimiques. Quant aux exportations marocaines, ce sont principalement des agrumes, des produits alimentaires, l’acide sulfurique ou le poisson… L’ensemble de ces produits doivent  transiter par d’autres ports, notamment Dubai (Jebel Ali). Cette gymnastique entraine une hausse considérable des coûts de transport et donc une baisse de la compétitivité des exportations marocaines. S’y ajoutent des délais de livraison importants en particulier pour les produits alimentaires et les produits périssables. Dans ce sens, une société privée devra voir le jour début 2014 pour mettre en place la première liaison maritime directe entre les deux pays. Le projet nécessitera un investissement initial de 110 millions de dollars (908 millions de DH). L’entreprise disposera d’une flotte de 6 bateaux qui relieront les ports de Casablanca et de Djeddah tous les 11 jours. Le port de Djeddah est le point d’entrée de 70% des marchandises dans le pays par voie maritime. Dans un deuxième temps, une autre ligne sera ouverte sur le port de TangerMed. Plusieurs investisseurs ont déjà manifesté leur intérêt pour le projet dont le business plan prévoit un retour sur investissement en 5 ans. Le siège de l’entreprise sera basé à Djeddah avec une représentation à Casablanca. La présidence devra être assurée par la partie saoudienne. La ligne maritime n’est pas uniquement destinée à desservir le Maroc. Les investisseurs saoudiens veulent en faire un hub vers d’autres pays africains.
Pour le suivi des projets et l’accompagnement des investisseurs, deux bureaux de liaison seront créés à Casablanca et à Djeddah.


Ilham BOUMNADE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc