×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Competences & rh

Les praticiens veulent une loi

Par L'Economiste | Edition N°:4134 Le 15/10/2013 | Partager
Créer un cadre juridique, un moyen pour lutter contre le charlatanisme
Le gouvernement doit s’impliquer pour organiser le secteur

Hadi Belghiti, médecin diplômé en diabétologie et hypno-thérapeute certifié, insiste sur l’importance de légiférer le secteur de l’hypnose au Maroc. D’ailleurs, dans des pays comme la France et les Etats-Unis, cette pratique est reconnue au niveau national

- L’Economiste: Quel est le rôle du Réseau des praticiens en hypnose?
- Hadi Belghiti: Créé il y a près de deux ans, le Réseau des praticiens en hypnose réunit près de soixante membres formés au Maroc et aussi à l’étranger. L’objectif de ce rassemblement est de mettre en place le cadre d’application du métier selon les règles de l’art. Nous veillons à la bonne pratique de l’hypnose, ainsi qu’à nous entraider et échanger les expériences. De plus, il existe une autre association marocaine d’hypnose clinique, mais nous n’avons aucune relation avec elle.
- Comment lutter contre les mauvaises pratiques d’hypnose?
- Il n’y a pas mieux que de réglementer le secteur de l’hypnose. C’est le seul moyen pour lutter contre le charlatanisme et les mauvaises pratiques. Faire connaître les différentes techniques de l’hypnose et leurs avantages auprès du grand public est aussi un pas important vis-à-vis du développement de ce secteur. C’est une pratique qui n’utilise aucune substance quelle que soit sa nature médicale ou autre. Il suffit de quelques mots, un peu de musique et la personne est hypnotisée. De plus, un patient peut apprendre à s’auto-hypnotiser pour améliorer sa confiance en soi. La bonne réputation des praticiens de l’hypnose est aussi un moyen pour combattre les mauvaises idées perçues chez le grand public sur ce métier.
- Quelles sont vos recommandations au ministère de la Santé?
- Organiser la pratique de l’hypnose ne relève pas seulement de la mission du ministère de la Santé. Tous les professionnels du secteur de la santé et toute autre personne peuvent suivre une formation et exercer ce métier. Il s’agit d’une affaire qui dépasse les fonctions de la tutelle. Le cadre juridique doit être créé au niveau national afin d’organiser le secteur et ainsi combattre toutes les mauvaises pratiques. La raison est que l’hypnose s’applique  aux différents champs médicaux: gestion du stress et relaxation, confiance en soi, amélioration des relations interpersonnelles, prise de parole en public, amélioration de la performance, gestion du temps, etc. L’hypnose permet aussi l’accompagnement lors des accouchements et le soulagement des douleurs, notamment pour les maladies graves ou les opérations chirurgicales.


Propos recueillis par RDA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc