×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Vous êtes 112.291 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 136.119 articles (chiffres relevés le 25/5 sur google analytics)
eleconomiste
Régions

Rentrée scolaire: Rififi à Anza

Par L'Economiste | Edition N°:4116 Le 19/09/2013 | Partager
Des instituteurs refusent d’enseigner dans les établissements du nouveau quartier Taddart
Ils veulent des postes «au centre-ville»
Les effectifs des enseignants pour le cycle qualifiant restent insuffisants dans la région

Dans la région Souss-Massa-Draâ, ils sont près de 760.467 écoliers à rejoindre les bancs de l’école publique et privée pour cette rentrée 2013/2014. Ce qui représente 22.234 élèves de plus que l’année dernière. Dans les écoles d’Anza Oulya, l’année scolaire n’a toujours pas commencé faute d’encadrants

LA rentrée scolaire commence mal dans la commune d’Anza dans la périphérie d’Agadir. Les élèves des deux écoles du quartier Taddart, communément appelé également Anza Oulya, n’ont toujours pas commencé les cours. Et pour cause, les instituteurs affectés dans ces établissements refusent leurs nouveaux postes après la mutation dont ils ont fait l’objet suite à la fermeture de leur école Zineb Nafzaouia, implantée au centre d’Anza. Selon les responsables de l’Académie régionale de l’enseignement et de la formation (AREF), l’établissement a cessé son activité en raison du relogement des bidonvillois dans le quartier Taddart et la présence d’une autre école au centre d’Anza. Ce sont ainsi dix-sept instituteurs qui ont été mutés dans ces nouvelles écoles du nouveau quartier d’Anza et appelés à encadrer les 120 élèves inscrits pour l’heure dans ces établissements. Mais les concernés ne sont pas d’accord. Selon une source sure, ils réclament après la fermeture de leur école des postes «au centre ville». Pourtant, aujourd’hui, le centre d’Anza ou encore même Anza Oulya ne sont qu’à dix à quinze minutes en transport en commun du centre-ville d’Agadir. Ceci sans parler du développement urbain de cette commune à proximité de la station balnéaire. Il n’y a pas qu’à Anza Oulya où l’encadrement des élèves pose problème. Si en nombre, on compte, toutes matières confondues, 28.300 enseignants pour 710.000 inscrits dans l’enseignement public, dans le Souss-Massa Draâ, il y a un véritable manque de professeurs au niveau du cycle qualifiant. «Nous manquons d’enseignants pour le français», indique un responsable. Et pas seulement. Un enseignant est parfois sollicité pour enseigner plusieurs matières ou de vaquer à la même mission dans plusieurs établissements. Il faut dire que le nombre des écoliers ne cesse d’augmenter dans la région. Ils sont près de 760.467 écoliers à rejoindre les bancs de l’école publique et privée pour cette rentrée 2013/2014. Ce qui représente 22.234 élèves de plus que l’année dernière. Cette augmentation, qui a touché tous les niveaux, est fortement ressentie au niveau du collège avec 178.474, soit 8,5% de plus que l’année scolaire passée.

De notre correspondante,
Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc